Les Français boudent l'assurance-vie

le
0
Selon le quotidien La Tribune, les Français ont retiré davantage d'argent qu'ils n'en ont déposé sur leur contrat pour le troisième mois consécutif.

Les retraits d'argent avaient dépassé les dépôts de 1,8 milliard d'euros en septembre, puis de 1,4 milliard d'euros en octobre. La Fédération française des sociétés d'assurance (FFSA) confirme aujourd'hui les informations du quotidien La Tribune: le mois de novembre a également été très mauvais pour l'assurance-vie, avec des retraits dépassant les dépôts de 3,2 milliards d'euros.Ces trois mois de décollecte consécutive sont du jamais vu de mémoire d'assureurs précise le journal. Sur les trois mois, les retraits ont dépassé les dépots de 6,5 milliards d'euros.

De janvier à novembre 2011, la collecte nette - les dépôts mois les retraits - a ainsi fléchi de 65 % par rapport à la même période en 2010. Sur l'ensemble de l'année, la FFSA affirme qu'elle reste positive à 14,4 milliards d'euros. le total des sommes versées sur les contrats d'assurance-vie atteint à la fin novembre, 1371 milliards d'euros.

Mais la tendance négative pourrait se poursuivre au mois de décembre, affirme Bernard Le Bras, directeur exécutif de Suravenir, compagnie vie du Crédit Mutuel Arkéa dans La Tribune.

Réserve disponible

Plusieurs phénomènes sont évoqués pour expliquer ce désamour des Français pour un placement traditionnellement présenté comme leur préféré. Le premier est conjoncturel. Avec la crise, les ménages préfèrent puiser dans leur réserve que de recourir au crédit s'ils doivent réaliser un achat. Bernard Le Bras note également que les fonds placés sur les contrats d'assurance-vie servent à constituer un apport dans le cadre d'un achat immobilier.

L'assureur explique également qu'il faut prendre en compte l'arrivée à maturité de nombreux contrats. Lorsque les fonds sont détenus depuis plus de huit ans, les retraits ne sont plus pénalisés fiscalement et les assurés utilisent leur contrat comme une réserve d'argent disponible, notamment les jeunes retraités - la génération du Baby-boom- qui complètent ainsi leurs revenus.

Enfin, l'assurance-vie souffre de la comparaison avec les autres produits de placement, du fait de la baisse des rendements. Ces derniers devraient s'établir entre 2,5 % et 3 % pour 2011, quand le livret A rémunère 2,25 % et pourrait au 1er février passer à 2,50 % voire à 2,75 %.

LIRE AUSSI:

»Assurance-vie: rendements à géométrie variable

»L'assurance-vie perd du terrain

» Les Français délaissent les placements d'épargne retraite

» Assurance-vie: faut-il craindre les obligations grecques?

» Les Français privilégient l'épargne sécurisée

» L'assurance-vie doit se réinventer

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant