Les Français assez confiants dans le progrès scientifique

le
0
Sebastian Duda /shutterstock.com
Sebastian Duda /shutterstock.com

(AFP) - Les Français font preuve d'un optimisme prudent sur la capacité du "progrès" à améliorer leur vie, se montrant particulièrement confiants dans le domaine des nouvelles technologies et de la recherche médicale, selon un sondage TNS Sofres publié lundi.

Spontanément, les personnes interrogées associent surtout le terme général de "progrès" à la technologie, la science et la médecine. Et 48% d'entre eux estiment que "le progrès scientifique et des connaissances apporte à l'homme et à la société plus de bien que de mal", 41% répondant qu'il apporte "autant de bien que de mal".

Près de deux tiers des sondés (64%) soulignent toutefois la nécessité d'être "prudent», car le progrès scientifique et technique "comporte des risques que l'homme ne saura pas maîtriser".

Sans surprise, les scientifiques sont cités comme la catégorie d'acteurs à qui on accorde "le plus confiance pour faire progresser la société", à 41%, loin devant les chefs d'entreprise (12%), les médecins (9%) ou les intellectuels (7%).

Selon l'enquête, si le progrès scientifique inspire confiance, c'est surtout grâce à ses retombées positives dans la vie quotidienne: recherche médicale (88%) et apports d'internet (80%) en tête.

65% des personnes interrogées estiment ainsi que l'"on vivra mieux dans 20 ans grâce aux nouvelles technologies", contre seulement 45% en 2002, et 68% ont confiance dans internet pour améliorer la vie quotidienne.

Le sondage révèle au passage quelques paradoxes. Seuls 22% des Français ont confiance dans "la capacité des hommes à préserver la planète», mais 56% font confiance au progrès scientifique pour "résoudre d'ici 20 ans les problèmes d'environnement".

De même, si 70% des sondés pensent que l'on vit mieux aujourd'hui qu'il y a cent ans, ils ne sont plus que 35% à penser que l'on vit mieux aujourd'hui qu'il y a vingt ans.

Et 67% répondent que "la vie des enfants d'aujourd'hui sera plus difficile que celle des enfants de leur génération".

Sur le plan strictement économique, la notion de "progrès" suscite beaucoup moins d'optimisme. Un Français sur trois seulement est confiant dans le développement économique et l'avenir des conditions de travail au cours des vingt prochaines années. Et à peine plus d'un sur dix quand il s'agit d'accès à l'emploi ou de partage des richesses.

L'enquête a été réalisée par TNS Sofres du 9 au 16 avril 2013 auprès d'un échantillon national représentatif des Français âgés de 18 ans et plus (méthode des quotas sur 1.000 individus, interviews réalisées sur internet).

ban/cha/nm

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant