Les frais de gestion toujours orientés à la hausse pour le investisseurs particuliers

le
0
(NEWSManagers.com) - Selon une étude publiée par Lipper FMI (" Zen and The Art of Mutual Fund Maintenance" ), les sociétés de gestion feraient bien d'y réfléchir à deux fois avant de lancer de nouveaux produits. En effet, sur dix des secteurs les plus populaires en 2009, un seul fonds attire en moyenne plus du tiers de la collecte nette. L'étude évoque même le " succès phénoménal" de Carmignac Patrimoine qui a drainé 98% de la collecte nette sur les fonds diversifiés. Autrement dit, les distributeurs sont encore soumis, semble-t-il, à des instincts grégaires forts qui devraient inciter les sociétés de gestion à la prudence avant de lancer un nouveau produit.

L'étude montre aussi que la performance n'affecte pas forcément la collecte. Pendant la première année d'existence du fonds assurément, puisque dans 85% des périodes considérées, les fonds du premier quartile ont réalisé la meilleure collecte. Mais cette proportion tombe à 75% si l'historique de performance porte sur trois ans et à seulement 33% sur cinq ans.
Autre enseignement de l'étude de Lipper FMI, la concurrence n'a pas favorisé une baisse des commissions, notamment parce que le secteur de la gestion d'actifs est un marché intermédié, que ce soit par le biais de conseillers indépendants outre-Manche (IFA), des banques privées en Suisse ou encore des banques de détail en Allemagne ou en Espagne, les investisseurs retail dans leur grande majorité n'investissent pas directement auprès des sociétés de gestion.

Selon les données de Lipper, les frais de gestion pour les classes de parts retail s'élevaient dernièrement à 1,58% contre 1,38% fin 1999. Mais pour les institutionnels, les frais de gestion s'inscrivaient dernièrement à 0,85% contre 0,99% fin 1999. Selon l'auteur du rapport Ed Moisson, " la façon dont sont distribués les fonds en Europe a joué un rôle important sur les niveaux de commissions pratiqués pour les investisseurs retail. L'évolution du mix porduit actif/passif dans les gammes de fonds, la progression des fonds Ucits III, et les opportunités nouvelles avec Ucits IV, tout suggère une montée en puissance du débat sur les frais de gestion. Mais il faudra un choc sismique pour que soit modifiée la dynamique asset manager/distributeur" .

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant