Les foyers qui paient l'ISF seraient moins généreux

le
17
LE MONTANT MOYEN DES DONS DES FOYERS PAYANT L'ISF EN BAISSE, SELON UNE ÉTUDE
LE MONTANT MOYEN DES DONS DES FOYERS PAYANT L'ISF EN BAISSE, SELON UNE ÉTUDE

PARIS (Reuters) - La proportion de donateurs parmi les foyers assujettis à l'ISF (impôt de solidarité sur la fortune) reste quasi stable cette année mais le montant moyen de leurs dons est en baisse, une tendance qui risque de se poursuivre l'an prochain, selon un baromètre publié mardi.

L'étude réalisée par Ipsos pour la fondation des Apprentis d’Auteuil recense 82% de donateurs parmi les foyers qui paient l'ISF, contre 83% en 2015. La fréquence de leurs dons aux associations, fondations et organismes caritatifs (3,9 fois) reste de même aussi élevée d'une année sur l'autre.

Mais leur niveau moyen, qui avait fortement progressé l'an passé, retombe à 2.297 euros contre 2.519 en 2015 et à peine un quart des donateurs (24%) envisagent de les augmenter l'an prochain contre 35% en 2015.

Cette inflexion ne concerne pas seulement les dons à des organismes caritatifs, mais aussi le montant des investissements dans les PME, qui offrent aussi une déduction fiscale pour les assujettis à l'ISF.

La proportion de ceux qui investissent dans les PME recule ainsi à 34%, contre 42% en 2015, et le montant de leurs concours diminue pour la seconde année consécutive (12.414 euros contre 13.097 euros en 2015).

"La légère diminution du niveau de dons à des organismes caritatifs ne profite donc pas à l’investissement PME", déclare dans un communiqué Philippe Rose, responsable des ressources des Apprentis d'Auteuil.

"Cela vient confirmer l’hypothèse selon laquelle, si le niveau de dons a diminué, c’est probablement parce que l’assise financière des donateurs ISF est moins forte en 2016 qu’elle ne l’était en 2015", ajoute-t-il.

En cas de suppression de l'ISF, comme l'envisagent la majorité des candidats à la primaire de la droite et du centre pour la présidentielle 2017, plus d'un donateur sur quatre (28%) reverrait ses dons à la baisse.

Depuis 2007, les foyers qui paient l'ISF ont la possibilité de déduire jusqu’à 75% de leurs dons, dans la limite de 50.000 euros.

L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon de 311 personnes assujetties à l'ISF interrogées par internet du 20 janvier au 3 février.

(Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 il y a 8 mois

    sypo...Les 1 % les plus fortunés posséderont bientôt la moitié de la richesse mondialeLe Monde.fr avec AFP | 19.01.2015 à 05h15 • Mis à jour le 19.01.2015 à 20h07En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/economie/article/2015/01/19/les-1-les-plus-riches-possederont-bientot-la-moitie-de-la-richesse-mondiale_4558585_3234.html#WJRT967CD6CsWOu7.99

  • ericlyon il y a 8 mois

    Il faut aussi avoir à l'esprit que dans les pays les plus libéraux ceux qui font partie des 1% ne sont pas toujours les mêmes ce qui n'est pas le cas dans les régimes totalitaires bien sûr (qu'ils soient communistes ou autres) mais n'est pas non plus le cas en France où il est Presque'impossible de devenir riche.

  • syjo il y a 8 mois

    il faut quand mème avoir à l'esprit que 1% de la population mondiale détient 80% des richesses, et que seulement 3% de l'argent existant est en circulation dans l'économie réelle ! Après tout ce que l'on peut pinailler c'est du vent !

  • godardja il y a 8 mois

    Cela confirme que quand on s'attaque à la fortune des riches, ce sont les pauvres qui trinquent, contrairement à ce que pensent les socialistes et beaucoup de gens.

  • SuRaCtA il y a 8 mois

    Il y a deja en soit quelque chose d'illogique à la base de déclarer que ceux qui paye l'Impot de Solidarité sur la Fortune serait moins généreux que ceux qui ne le paye pas...

  • rodde12 il y a 8 mois

    Mais si ils donnent mais la plus grosse partie est un don imposé par le fisc.

  • ericlyon il y a 8 mois

    Certains oublient qu'en ne gagnant pas (honnêtement bien sûr) beaucoup d'argent ils ne contribuent que très peu aux dépenses publiques et sociales comme le font ceux qui gagnent beaucoup. Leur arguments est que les riches ne sont pas honnêtes et les pauvres le sont ce qui bien sûr est une absurdité même si on trouve évidement des gens honnêtes et malhonnêtes des deux côtés. Par contre il est sûr que les riches malhonnêtes ont beaucoup plus à perdre que les pauvres malhonnêtes.

  • 5701726 il y a 8 mois

    bien pour cela que le soit -disant pactole généré par les "repentis" va s'épuiser très vite. Cet argent est/sera gaspillé immédiatement par l'Etat dès qu'il est/sera encaissé.Quand les réserves des la classe moyenne baissent, l'Etat qui ne veut pas réduire son train de vie et ses largesses, augmentent les impots....jusqu'à paupériser le pays. les vraiment riches sont/seront partis depuis longtemps.

  • akelacca il y a 8 mois

    Le problème c'est qu'au delà d'un seuil cela devient des erreurs de gestions. Et les plus riches ne sont pas connu pour mal gérer leur patrimoine.

  • akelacca il y a 8 mois

    Tous ces dispositifs supposent que la personne est d'accord pour donner plus si elle choisis la destination.