Les forces US ont tenté en vain de libérer Foley en Syrie

le
0

(Actualisé tout du long) par Missy Ryan et Steve Holland WASHINGTON/EDGARTOWN, Massachusetts, 21 août (Reuters) - Les forces américaines ont récemment tenté de libérer James Foley et d'autres otages américains retenus en Syrie par l'Etat islamique (EI) mais cette mission secrète s'est soldée par un échec après une fusillade avec les djihadistes, les otages ne se trouvant pas à l'endroit supposé, ont déclaré mercredi des responsables américains. La divulgation de cette mission survient au lendemain de la diffusion par l'EI d'une vidéo montrant la décapitation de James Foley, journaliste américain enlevé en Syrie en novembre 2012. Cette mission autorisée par le président Barack Obama sur la base d'éléments fournis par les services de renseignement américains s'est déroulée cet été. Elle a mobilisé des moyens terrestres et aériens. Les responsables américains n'ont pas donné la date exacte de cette intervention mais ont dit qu'elle n'avait pas eu lieu au cours des deux dernières semaines. Appuyés par des hélicoptères et des avions, des membres des forces spéciales et d'autres unités militaires ont été déposés dans un endroit précis de Syrie où ils ont livré bataille à des combattants de l'Etat islamique, dont un certain nombre sont morts. Il semble qu'il s'agisse du premier affrontement direct au sol entre les Etats-Unis et les radicaux sunnites de l'EI, que Barack Obama considère comme une menace croissante au Proche-Orient en raison de leur progression en Syrie et en Irak. Les Etats-Unis bombardent depuis le 8 août des positions de l'EI dans le nord de l'Irak. Lisa Monaco, principale conseillère du président américain en matière de lutte antiterroriste, a souligné que Barack Obama avait donné son feu vert à cette mission car son conseil à la sécurité nationale considérait que chaque jour passé enre les mains des djihadistes aggravait la situation des otages. "L'administration américaine avait ce que nous pensions être des renseignements suffisants et lorsque l'occasion s'est présentée, le président a autorisé le département de la Défense à agir avec force pour récupérer nos concitoyens. Malheureusement, cette mission n'a finalement pas été un succès car les otages n'étaient pas là", explique-t-elle dans un communiqué. Parmi les otages recherchés au cours de cette mission figure aussi Steven Sotloff, un autre journaliste américain que l'Etat islamique menace d'exécuter à son tour dans la vidéo montrant la décapitation de James Foley. Les familles des otages ont été informées de cette opération "mais seulement lorsque cela ne présentait plus de risques sur le plan opérationnel", a dit un responsable de l'administration américaine. John Kirby, porte-parole du Pentagone, a déclaré sans plus de détails que cette mission "s'est concentrée sur un réseau précis de ravisseurs" au sein de l'Etat islamique. Le conseil à la sécurité nationale explique dans un communiqué avoir choisi de révéler l'existence de cette mission car plusieurs médias s'apprêtaient à le faire. (Avec Jason Szep et Warren Strobel; Bertrand Boucey pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant