Les forces ukrainiennes se retirent de Marioupol

le
0
LES FORCES UKRAINIENNES SE RETIRENT DE MARIOUPOL
LES FORCES UKRAINIENNES SE RETIRENT DE MARIOUPOL

par Matt Robinson

KIEV (Reuters) - Les forces ukrainiennes ont repris aux séparatistes pro-russes l'Hôtel de ville de Marioupol, dans l'est du pays, avant d'abandonner le bâtiment, a-t-on appris mercredi auprès de témoins.

Une chaîne de télévision ukrainienne avait auparavant annoncé que la Garde nationale s'était emparée du centre administratif de cette ville d'un demi-million d'habitants majoritairement russophones.

Marioupol est l'une des principales agglomérations de la "République populaire de Donetsk" proclamée par les séparatistes, qui veulent y organiser un référendum d'autodétermination le week-end prochain.

Selon les témoins, les militaires ont quitté la mairie après l'avoir mise à sac. Dans la matinée, l'odeur du gaz lacrymogène flottait à l'intérieur du bâtiment où seuls quelques séparatistes munis de masques à gaz déblayaient les débris.

"Il les ont envoyés de Lviv. Aucun coup de feu n'a été tiré. Ils nous ont juste demandé de sortir", a rapporté un témoin. Lviv est située dans l'ouest du pays, ukrainophone.

Après le départ des forces gouvernementales, des militants pro-russes dressaient des barricades devant l'Hôtel de ville où les couleurs des séparatistes flottaient à nouveau tandis que résonnaient des hymnes patriotiques.

C'est la deuxième fois au moins que le bâtiment change de mains. Le 24 avril, des manifestants favorables aux nouvelles autorités ukrainiennes en avaient déjà chassé les séparatistes, qui l'avaient repris le lendemain.

"Ils ne veulent pas de notre référendum, mais c'est notre droit. C'est la démocratie", a déclaré un homme interrogé à l'Hôtel de ville.

Mardi soir, des séparatistes cités par la presse russe avaient signalé l'attaque d'un de leurs points de contrôle en lisière de la ville. L'un d'eux a fait état d'un mort, mais l'information n'a pas été confirmée.

Kiev, qui juge illégal le référendum de dimanche, redoute qu'il ne conduise à l'annexion de la région de Donetsk par la Russie, comme ce fut le cas avec la Crimée il y a deux mois.

(Eric Faye et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant