Les forces pro-Damas lancent un assaut terrestre sur Alep

le
2
    BEYROUTH, 27 septembre (Reuters) - Les forces 
pro-gouvernementales syriennes ont lancé mardi sur quatre fronts 
un assaut terrestre contre les secteurs d'Alep sous contrôle 
rebelle, a-t-on appris auprès d'un haut responsable des 
rebelles. 
    L'attaque au sol est d'une intensité sans précédent depuis 
le déclenchement, jeudi dernier, d'une offensive de l'armée 
syrienne soutenue par la Russie pour reprendre la grande ville 
du nord du pays, a-t-il ajouté. 
    Les forces pro-Damas ont simultanément attaqué dans le 
secteur du camp Handarat (dans le nord de la ville), près de 
l'hôpital voisin de Kindi, dans le quartier central de Rachidin 
et dans la cité des 1.070 Appartements (sud-ouest). 
    Handarat était déjà brièvement tombé samedi aux mains des 
forces pro-gouvernementales, qui en avaient été repoussés 
quelques heures plus tard.  
    D'après ce responsable, l'assaut a été pour l'instant 
repoussé. 
    "Ils s'efforcent d'élargir la moindre ouverture qu'ils 
arrivent à créer (sur les lignes de front)", a dit ce 
responsable rebelle, qui a également signalé de nombreux 
bombardements aériens avec largage de barils de TNT depuis des 
hélicoptères. 
    Le commandant d'une milice irakienne combattant au côté des 
forces pro-gouvernementales syriennes a confirmé de son côté 
qu'un nombre important d'unités blindées participaient à cet 
assaut commandé par la force d'élite des Tigres. 
    A Genève, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a 
réclamé l'ouverture de "couloirs humanitaires" pour permettre 
l'évacuation des malades et des blessés encerclés dans les 
quartiers tenus par les insurgés. 
    D'après l'OMS, il ne reste plus que 35 médecins dans le 
secteur insurgé d'Alep, où vivent au moins 250.000 habitants. 
    "L'OMS appelle à l'ouverture immédiate de routes 
humanitaires pour évacuer les malades et blessés du secteur 
oriental de la ville", a dit Fadela Chaïb, porte-parole de 
l'OMS, lors d'un point de presse mardi matin. 
 
 (Tom Perry et Laila Bassam avec Stephanie Nebahay à Genève; 
Henri-Pierre André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • delapor4 il y a 2 mois

    D'abord l'artillerie, ensuite les forces terrestres. C'est l'art de la guerre. Rien à voir avec de prétendus "crimes de guerre" allégués par les malades qui nous gouvernent.

  • delapor4 il y a 2 mois

    D'abord l'artillerie, ensuite les forces terrestres. C'est l'art de la guerre. Rien à voir avec de prétendus "crimes de guerre" allégués par les malades qui nous gouvernent.