Les forces loyalistes prennent la ville d'Al Hazm au Yémen

le
0
    DUBAI, 18 décembre (Reuters) - Malgré la trêve d'une semaine 
censée être entrée en vigueur mardi, les forces yéménites 
fidèles au président Abd-Rabbou Mansour Hadi ont pris vendredi 
le contrôle de la ville d'Al Hazm, dans le nord-ouest du pays, 
ont rapporté des témoins. 
    Après deux jours de combats, les soldats gouvernementaux ont 
pris Al Hazm, chef-lieu de la province d'Al Djaouf, qui était 
jusqu'ici aux mains des miliciens chiites houthis, appuyés par 
l'Iran.  
    Ils ont aussi repris la base militaire d'Al Labnat, près 
d'Al Hazm, aux Houthis et à leurs alliés, des fidèles de 
l'ancien président Ali Abdallah Saleh. 
    Selon l'agence de presse saoudienne SPA, deux missiles ont 
été tirés du Yémen en direction du territoire saoudien lors des 
derniers combats. L'un n'a pas atteint sa cible et s'est écrasé 
près de Marib, au Yémen, l'autre est tombé dans le désert à 
l'est de la ville saoudienne de Najran. 
    "Le commandement de la coalition souligne que, même s'il 
veut le succès des négociations de Genève (...), il ne pourra 
pas continuer longtemps à respecter le cessez-le-feu si ces 
menaces contre le territoire du royaume ne cessent pas", précise 
SPA. 
    Depuis mardi, les deux camps se sont mutuellement accusés de 
violer la trêve. 
    Des négociations de paix sous l'égide de l'Onu se sont 
ouvertes mardi en Suisse, loin des caméras, afin de mettre un 
terme à ce conflit qui a fait près de 6.000 morts et des 
millions de déplacés depuis mars. 
    De sources proches des discussions, on a appris que les 
négociations directes avaient été suspendues mercredi soir, les 
Houthis ayant refusé de libérer plusieurs personnalités entre 
leurs mains, notamment le ministre de la Défense Mahmoud al 
Soubaihi et un frère du président Hadi, Nasser. 
    "Nous continuons à travailler avec les deux parties. Parfois 
en séances séparées, parfois ensemble", a dit vendredi Ahmed 
Faouzi, porte-parole de l'Onu. 
    Jeudi, l'envoyé spécial des Nations unies pour le Yémen, 
Ismaïl Ould Cheikh Ahmed, a déclaré que le troisième jour de 
discussions avait permis "une grande avancée" sur le dossier 
humanitaire -- un accord pour faire parvenir de l'aide à la 
ville de Taëz, qui pourrait être étendu dans les prochains jours 
à d'autres villes. 
    Une aide médicale est ainsi arrivée dans plusieurs secteurs 
de Taëz tenus par les insurgés houthis, a-t-on appris vendredi. 
 
 (Mohammed Ghobari, Guy Kerivel pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant