Les forces libyennes près de sécuriser la ville de Syrte

le
0
 (Précisions tout du long) 
    MISRATA, Libye, 5 décembre (Reuters) - Les forces libyennes 
ont presque fini de sécuriser le dernier groupe de bâtiments 
encore contrôlé par le groupe Etat islamique (EI) à Syrte, a 
annoncé lundi un de leurs porte-parole. 
    Les combattants, majoritairement issus des brigades de 
Misrata et soutenus par l'aviation américaine, "contrôlent 
l'ensemble du quartier de Ghiza Bahriya et continuent à 
sécuriser la zone", a déclaré Rida Issa.  
    Les accrochages se poursuivent, a toutefois nuancé un 
commandant sur le terrain.  
    L'opération de reconquête de l'ancien fief de Mouammar 
Kadhafi, capturé par l'EI début 2015, a été lancée en mai 
dernier et depuis le 1er août, les Etats-Unis ont mené au moins 
470 frappes aériennes contre les djihadistes. 
    Trente-quatre membres de l'EI se sont rendus dans la 
matinée, parmi lesquels deux commandants de haut rang. Six 
femmes et quatre enfants ont également quitté le quartier, a 
déclaré Mohamed Lajnef, membre du personnel d'un hôpital de 
campagne installé à l'extérieur de Syrte.  
    Au total, plusieurs dizaines de femmes et d'enfants se sont 
enfuis ces derniers jours des immeubles de Ghiza où les membres 
de l'EI résistaient depuis plusieurs semaines à leurs 
adversaires. 
    La présence de ces familles explique en partie la lenteur de 
la progression des forces loyalistes, qui ont en outre été 
visées par des attentats suicide perpétrés par des femmes ayant 
préalablement obtenu un sauf-conduit.  
    "La plupart des femmes et des enfants sont affamés et 
déshydratés et certains d'entre eux présentent des brûlures", a 
précisé Mohamed Lajnef.  
    Les forces lancées à la reconquête de Syrte se sont ralliées 
au gouvernement d'entente nationale (GNA) installé depuis mars à 
Tripoli et reconnu par la communauté internationale.  
     
    RUINES 
    Ce gouvernement, censé ramener la stabilité dans le pays 
plongé dans la guerre entre milices depuis la chute de Kadhafi 
en 2011, est contesté par de nombreux groupes, en particulier 
dans l'est de la Libye.  
    Le chaos de la période post-révolutionnaire a permis à 
l'Etat islamique de s'implanter en Libye à partir de 2014, et de 
faire de Syrte sa principale base dans le pays. 
    En perdant cette ville, l'organisation ne contrôle plus 
aucun territoire en Libye mais les autorités locales et les pays 
occidentaux redoutent que des cellules dormantes ou des 
djihadistes ayant réussi à s'enfuir de Syrte ne lancent une 
campagne d'attentats.  
    La plupart des quelque 80.000 habitants de Syrte ont fui la 
ville à l'arrivée des djihadistes. Certains quartiers sont 
aujourd'hui en ruines, dévastés par les combats.  
    La reconquête de Syrte a fait plus de 700 morts et 3.200 
blessés dans les rangs des forces loyalistes, a déclaré Akram 
Gliwan, porte-parole de l'hôpital central de Misrata, ville 
située à environ 250 km à l'ouest de Syrte, sur la côte 
méditerranéenne. 
 
 (Aidan Lewis; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant