Les forces kurdes tentent de prendre Sindjar, ville-clé d'Irak

le
0

par Isabel Coles PRÈS DE LA VILLE DE SINDJAR, Irak, 12 novembre (Reuters) - L es forces combattantes kurdes ont commencé jeudi à sécuriser plusieurs quartiers de la ville de Sindjar, dans le nord de l'Irak, et ont pris position le long d'un axe de ravitaillement utilisé par le groupe Etat islamique (EI) entre Mossoul et son bastion de Rakka en Syrie. Appuyés par des frappes aériennes américaines, les peshmergas ont lancé une offensive jeudi matin et encerclé Sindjar, localité située sur une des voies stratégiques empruntées par les djihadistes. Les forces kurdes ont établi une zone tampon pour protéger la ville des tirs d'artillerie et se sont emparées de trois villages situés le long de l'autoroute 47 reliant Rakka et Mossoul, l'un à l'ouest et deux autres dans les faubourgs est. Au total, ce sont près de 7.500 membres des forces spéciales kurdes, des peshmergas et des combattants yazidis qui sont engagés dans cette offensive. Si l'agglomération passait sous le contrôle complet des peshmergas, cela constituerait un revers de taille pour l'EI qui utilise cette autoroute pour acheminer des armes, des hommes et des marchandises de contrebande servant à financer ses opérations. "L'attaque terrestre a commencé aux premières heures de la journée du 12 novembre lorsque des unités peshmergas ont établi avec succès des barrages sur l'autoroute 47 et ont commencé à sécuriser Sindjar", a dit la coalition sous commandement américain dans un communiqué. "Les peshmergas vont continuer les opérations visant à rétablir un contrôle gouvernemental sur des positions-clés de ces régions", poursuit le texte. Aucune force américaine ne semble être impliquée directement dans "l'opération Sindjar libre". Des conseillers militaires se trouvent auprès de chefs militaires kurdes sur des collines voisines, à bonne distance de la zone des combats, a précisé un porte-parole de l'US Army. Un responsable militaire américain a indiqué sous le sceau de l'anonymat que Washington s'attendait à ce que l'offensive dure entre deux et quatre jours et qu'il faudrait sans doute une semaine supplémentaire pour nettoyer et sécuriser la ville. ISOLER MOSSOUL DE RAKKA Entre 60 et 70 djihadistes ont été tués par des frappes aériennes jeudi, a indiqué le colonel Steve Warren, porte-parole de la coalition s'exprimant depuis Bagdad. "Les frappes ont détruit des positions de combat de Daech, des infrastructures de commandement et de contrôle, des entrepôts d'armes et des bâtiments transformés en unités de production d'engins explosifs", ajoute la coalition. "Cette opération va entamer les efforts d'approvisionnement de Daech, perturber le financement des opérations du groupe terroriste, ralentir le flux de combattants vers l'Irak et isoler un peu plus Mossoul de Rakka", explique le communiqué allié. Le moral des troupes kurdes était au beau fixe jeudi, un maire du district de Sindjar affirmant que "tout se passait comme prévu". "Nous sommes optimistes et on peut considérer qu'il s'agit d'un jour de fête". Les djihadistes ont renforcé leur présence à Sindjar où près de 600 combattants ont été dépêchés en prévision de l'offensive annoncée depuis plusieurs semaines et retardée en raison des conditions météorologiques et de tensions entre forces kurdes et yazidies. De nombreux yazidis se méfient des forces du Parti démocratique du Kurdistan (PDK) qui ne sont pas intervenues lorsque l'Etat islamique a attaqué Sindjar en août 2014, massacrant, violant et réduisant à l'état d'esclaves les membres de cette communauté. Une unité syrienne du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) était alors intervenue et avait aidé à évacuer plusieurs milliers de personnes vers les hauteurs voisines et à y établir des camps de réfugiés. Depuis le PKK a entraîné une milice yazidie dans la région et plusieurs milliers de combattants ont rejoint les rangs des peshmergas. L'offensive menée jeudi a été supervisée personnellement par Massoud Barzani, président de la région semi-autonome du Kurdistan irakien. (Pierre Sérisier pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant