Les forces kurdes attaquent une ville au nord-est de Mossoul

le
0
 (Actualisé avec détails, citations) 
    par Michael Georgy 
    BACHIKA, Irak, 7 novembre (Reuters) - Les forces kurdes ont 
attaqué lundi la localité de Bachika au nord-est de Mossoul, 
tandis que les unités spéciales de l'armée irakienne étaient 
engagées dans une guérilla urbaine dans les quartiers est de la 
grande ville du nord de l'Irak.  
    Les premiers éléments d'une force de 2.000 peshmergas ont 
pénétré dans Bachika, certains à bord de véhicules blindés, 
d'autres à pied, après le pilonnage de cette ville située au 
pied d'une montagne, à environ 15 km de Mossoul.  
    "Notre objectif est de prendre le contrôle de la ville et de 
chasser tous les combattants de Daech (acronyme arabe de l'Etat 
islamique)", a déclaré le lieutenant-colonel Safeen Rasoul. "On 
estime qu'il reste environ une centaine de djihadistes et une 
dizaine de voitures suicide." 
    L'Etat islamique cherche à ralentir la progression des 
forces à l'assaut de Mossoul depuis le 17 octobre en envoyant 
des kamikazes au volant de véhicules bourrés d'explosifs.  
    Selon des commandants de l'armée fédérale, une centaine de 
ces voitures piégées ont explosé sur le front est, et 140 autres 
sur le front sud. 
    Les djihadistes, qui ont également déployés des tireurs 
embusqués, utilisent des drones lestés d'explosifs et des obus 
d'artillerie contenant du gaz au chlore et du gaz moutarde, a 
déclaré un commandant kurde.  
    Une forte explosion a ébranlé lundi le convoi des forces 
kurdes progressant vers Bachika. Un officier des peshmergas a 
déclaré que des kamikazes avaient précipité deux voitures sur 
ses troupes. 
    "Ils sont encerclés. S'ils veulent se rendre, très bien. 
S'ils ne le veulent pas, ils seront tués", a affirmé le 
lieutenant-colonel Qandeel Mahmoud, commandant d'un bataillon de 
peshmergas. 
     
    BAGHDADI VEUT UNE "GUERRE TOTALE" 
    Des soldats américains, appartenant au contingent de 5.000 
hommes déployés par Washington pour conseiller et soutenir 
l'offensive contre Bachika, ont pénétré dans la ville avec les 
combattants kurdes. 
    La bataille de Mossoul, une ville qui comptait deux millions 
d'habitants avant sa prise de contrôle par l'EI en juin 2014, 
est la plus importante opération militaire menée en Irak depuis  
l'invasion américaine de 2003 et mobilise quelque 100.000 
soldats de l'armée régulière, membres des forces spéciales, 
policiers, peshmergas et miliciens chiites.  
    Sur le front sud, les forces irakiennes disent avoir repris 
et sécurisé la ville d'Hammam al Ali et se rapprochent de 
l'aéroport de Mossoul.  
    Au nord, la 16e division d'infanterie a repris le village de 
Baouiza et a pénétré dans un autre secteur, Sada, situé en 
bordure de Mossoul.  
    Les milices chiites combattent pour leur part à l'ouest de 
Mossoul pour couper la route vers Tal Afar, encore tenue par les 
djihadistes.  
    De l'autre côté de la frontière, des rebelles arabo-kurdes 
syriens soutenus par la coalition anti-EI sous commandement  
américain ont annoncé dimanche le déclenchement d'une offensive 
pour reprendre l'autre grand fief de l'EI dans la région, Rakka 
dans le nord-est de la Syrie.   
    Cette bataille devrait être aussi complexe à mener que celle 
de Mossoul menée par une coalition hétéroclite principalement 
unie par la volonté d'éradiquer le mouvement djihadiste. 
    Le fondateur de l'EI, Abou Bakr al Baghdadi, qui pourrait se 
trouver dans le nord de l'Irak à proximité de la frontière 
syrienne, a appelé ses partisans à mener une "guerre totale". 
     
 
 (Michael Georgy; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant