Les forces irakiennes progressent vers Mossoul

le , mis à jour à 13:35
0
 (Actualisé avec Falloudja) 
    ERBIL, Irak, 12 juin (Reuters) - L'armée irakienne s'est 
attaquée dimanche à des positions de l'Etat islamique (EI) au 
sud de Mossoul, tandis que la coalition formée par les 
Etats-Unis multipliait les raids aériens dans le "califat" 
instauré par le mouvement djihadiste.  
    L'offensive menée par des unités blindées et appuyée par 
l'artillerie a été lancée en direction de Hadj Ali, village 
situé sur la rive orientale du Tigre, à une soixantaine de 
kilomètres de la métropole du nord de l'Irak tombée aux mains de 
l'EI en juin 2014, rapportent des officiers qui y participent. 
     Les djihadistes "ont résisté au début, mais, quand ils ont 
vu le déploiement de forces, ils se sont retirés", a déclaré 
l'un d'eux, annonçant la prise de Kharaïb Djabr, localité 
voisine d'Hadj Ali.  
    L'armée, qui a pris position à Makhmour, à une centaine de 
kilomètres au Sud de Mossoul, au début de l'année, y mène depuis 
mars des opérations présentées comme les préparatifs de la 
reconquête de la ville qui reste la plus grosse prise de l'EI.  
    Depuis, les forces gouvernementales ne se sont emparées que 
de quelques villages de la rive orientale du Tigre. Le 
commandant des opérations a imputé la lenteur de l'offensive au 
manque de chars et d'effectifs pour tenir les positions reprises 
aux djihadistes. 
    Une unité blindée ainsi que des barges et des ponts 
flottants sont arrivés cette semaine à Makhmour, ce qui pourrait 
ouvrir la voie à la reprise de Qayara, ville située face à Hadj 
Ali, sur la rive occidentale du Tigre où se trouve une base 
aérienne. Qayara pourrait devenir le point d'appui de la 
reconquête de Mossoul.  
    L'armée, qui progresse également à Falloudja, annonce avoir 
ouvert samedi un corridor "relativement sûr" au sud-ouest de la 
ville pour permettre le départ des civils qui y sont retenus. 
Falloudja, qui est également aux mains de l'EI, se trouve à une 
cinquantaine de kilomètres à l'ouest de Bagdad.  
    Selon les Nations unies, 90.000 civils y sont pris au piège. 
  
     
 
 (Isabel Coles avec Amed Rasheed à Bagdad, Jean-Philippe Lefief 
pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant