Les forces irakiennes entrent dans le nord et le sud de Tikrit

le
0

(Précisions sur les combats à Tikrit, attaques de l'EI à Ramadi) BAGDAD, 11 mars (Reuters) - Les forces de sécurité irakiennes appuyées par des milices chiites ont lancé l'assaut sur Tikrit et progressent dans les quartiers nord et sud de la ville natale de l'ancien dictateur Saddam Hussein, ont annoncé le gouverneur de la province et des responsables de la sécurité. Plus de 20.000 soldats et membres des unités Hachid Chaabi (Mobilisation populaire, milices chiites), appuyés par des combattants tribaux, ont entamé une vaste offensive contre les djihadistes de l'Etat islamique (EI) il y a une dizaine de jours, resserrant progressivement l'étau autour de Tikrit. Le gouverneur de la province de Salaheddine a annoncé que les forces gouvernementales avaient pris le contrôle d'une partie du quartier de Kadissiya, dans le nord de la ville. Selon un officier des forces de sécurité, d'autres unités ont dans le même temps réussi une percée par le Sud en direction du centre-ville. "Nos forces sont entrées dans l'hôpital central", a dit cet officier interrogé dans le centre de commandement de l'armée irakienne. "Il y a encore de violents combats près du palais présidentiel qui se trouve juste à côté", a-t-il ajouté. L'EI s'est emparé de Tikrit en juin dernier pendant sa conquête éclair du nord de l'Irak. Il a établi son quartier général dans le complexe présidentiel fortifié construit sous Saddam Hussein. L'assaut contre Tikrit était imminent depuis la reconquête, mardi, d'Al Alam, dans les faubourgs nord de la ville. C'est à partir de cette zone que les forces gouvernementales ont fait mouvement en direction de la ville mercredi matin, pénétrant dans le quartier de Kadissiya. "Le gouverneur de Salaheddine annonce le nettoyage de la moitié de Kadissiya, le plus important quartier de Tikrit", lit-on dans un communiqué publié par les services du gouverneur Raëd al Djoubouri. "UNE RUE TOUTES LES 30 MINUTES" Le drapeau national irakien a été hissé sur un hôpital militaire situé dans la partie de Kadissiya reprise par les forces gouvernementales, ont indiqué des responsables de la sécurité. L'offensive a ensuite été suspendue pour permettre aux hélicoptères de bombarder les positions de l'EI, notamment celles des tireurs embusqués qui retardaient la progression des troupes, ont-ils dit. Elle a ensuite repris et se poursuit au rythme "d'une rue (reconquise) toutes les 30 minutes", a déclaré l'officier au centre de commandement, évoquant de violents combats près du quartier général de la police, au sud de Kadissiya. Des combats se déroulent également dans la zone industrielle située au nord-ouest de la ville, où une autre colonne militaire avance, a-t-il dit. Selon des sources sécuritaires, les djihadistes ont fait sauter un pont enjambant le fleuve Tigre pour tenter d'éviter un assaut coordonné. L'offensive contre Tikrit, coordonnée au moins en partie par des officiers iraniens, ne bénéficie pas du soutien aérien de la coalition formée par les Etats-Unis. La prise de la ville permettrait aux forces gouvernementales et à leurs alliés de concentrer leur attention sur Mossoul, la deuxième ville d'Irak, située plus au Nord et principal objectif de la campagne en cours. La situation sécuritaire reste également difficile dans la province majoritairement sunnite d'Anbar, où des kamikazes au volant de sept véhicules ont attaqué mercredi des positions de l'armée irakienne à Ramadi, à 90 km à l'ouest de Bagdad, a-t-on appris de sources policières et médicales. Un bilan encore provisoire fait état de cinq morts et 19 blessés, a dit un médecin. (Ahmed Rasheed; Danielle Rouquié, Nicolas Delame et Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant