Les «forçats de la Tamise» ternissent le jubilé royal

le
0
L'emploi, par une société de sécurité, d'une trentaine de chômeurs non payés et logés sous les ponts crée la polémique.

Correspondant à Londres

Pour certains, c'est le spectre du retour à l'Angleterre victorienne. D'autres hurlent à l'avènement du travail forcé à l'ère de la récession. Au lendemain des quatre jours de fêtes du jubilé royal, les inégalités criantes du royaume d'Elizabeth II ternissent un peu la communion nationale. Tandis que Sa Majesté fendait la Tamise entourée de sa famille sur une barge rouge et or décorée de fleurs au milieu de 1000 bateaux, certains de ses sujets participaient à l'organisation de l'événement dans des conditions dignes du XIXe siècle.

Terrain détrempé

Une trentaine de chômeurs de longue durée de Bristol, Bath et Plymouth ont été convoyés en bus à Londres la veille de la procession nautique pour y assurer des missions de sécurité sans être payés. Ils participaient à un dispositif de retour à la vie professionnelle dans l'espoir d'un job durant les Jeux olympiques cet été et n'ont appris qu'ils ne recevraient aucune rétribution qu'u

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant