Les fonds souverains misent sur la dette privée pour le rendement

le
0
    * Plus d'un tiers investissent dans la dette privée-Preqin 
    * $186,5 mds levés pour investir dans la dette privée à fin 
mars 
    * La demande menace de peser sur les rendements 
 
    par Claire Milhench 
    LONDRES, 24 mai (Reuters) - La demande des fonds souverains 
pour des actifs plus rémunérateurs que les traditionnelles 
obligations d'Etat entraîne un boom des véhicules 
d'investissement spécialisés sur la dette privée qui financent 
aussi bien le leasing d'avions que des poursuites judiciaires 
potentiellement lucratives.  
    Ces fonds d'investissement offrent des rendements attractifs 
en se spécialisant sur le financement aux petites et moyennes 
entreprises, en investissant dans des actifs dévalorisés ou en 
ciblant les projets d'infrastructure. 
    Les actifs sous gestion des fonds dédiés à la dette privée 
avaient ainsi bondi à 523 milliards de dollars (468 milliards 
d'euros) à la fin juin 2015 contre 483 milliards à la fin 2014, 
selon les dernières données disponibles, compilées par la firme 
de recherche spécialisée Preqin. 
    Il n'y a pas si longtemps encore ce type d'investissement 
était considéré comme trop risqué par les fonds souverains dont 
les actifs totaux sont évalués autour de 6.500 milliards de 
dollars.  
    Pas moins de 35% des 74 fonds souverains suivis par Preqin 
investissent désormais dans des fonds dédiés à la dette privée 
contre 24% l'année dernière. 
    Le rendement est leur principale motivation pour investir 
dans cette catégorie d'actifs alors que nombre d'entre eux sont 
confrontés à la baisse de la rente pétrolière qui les alimentait 
et à la chute des rémunérations offertes par les obligations 
d'Etat, passées en territoire négatif dans de nombreux pays de 
la zone euro mais aussi au Japon ou en Suisse.  
    Le rendement moyen des fonds dédiés à la dette privée suivis 
par Preqin ressortait à 5,76% sur les 12 mois au 30 septembre 
2015, date à laquelle les données les plus récentes étaient 
disponibles. 
    "Les rendements sur les obligations liquides se sont 
comprimés, c'est dur pour les investisseurs en quête de 
rendement", a dit Sanjay Patel, chargé de l'Europe pour la 
société de gestion alternative Apollo Global Management, dont 
les actifs dans le crédit atteignent 124 milliards de dollars.  
    La dette mezzanine a de son côté offert un taux de 
rentabilité interne compris entre 8% et 10% l'an, tandis qu'il 
s'est établi entre 14% et 16% sur la dette d'entreprises en 
difficulté, selon une étude réalisée par Amin Rajan, dirigeant 
de Create Research, sur des données de Preqin remontant 
jusqu'aux années 80. 
    La dette mezzanine se situe entre la dette senior et les 
fonds propres dans le passif d'une entreprise. C'est le segment 
qui a eu la faveur des fonds souverains jusqu'à présent, 81% de 
ceux qui investissent en dette privée le privilégiant.  
    Mais la dette d'entreprises en difficulté est retenue par 
69% d'entre eux tandis que 54% optent pour les prêts directs, 
selon les données de Preqin.  
    La croissance des fonds de dette privée s'explique aussi par 
le désengagement de grandes banques internationales, notamment 
européennes et américaines, de certains financements trop 
coûteux en fonds propres après le durcissement des règles 
prudentielles lié à la crise financière de 2008.  
    "Cela a créé une opportunité d'investissement assez 
attractive", a dit Alex Miller, responsable des ventes aux fonds 
souverains pour la zone Europe-Moyen-Orient-Afrique d'Invesco 
Asset Management Ltd. "Quand il y a pénurie d'offre, il est plus 
facile d'obtenir des prix attractifs."  
    Les fonds d'investissements ciblant la dette privé ont pu 
facilement lever des fonds au cours des dernières années. KKR a 
ainsi clôturé un fond de 3,35 milliards de dollars le mois 
dernier tandis que Fortress a collecté 5 milliards de dollars 
sur un fonds spécialisé sur la dette d'entreprises en difficulté 
l'année dernière.  
    Preqin estime que les fonds spécialisés sur la dette privée 
disposent de 186,5 milliards de dollars prêts à être investis au 
risque de comprimer les rendements, là aussi.  
     
 
 (Marc Joanny pour le service français, édité par Wilfrid 
Exbrayat) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux