Les fonds se préparent à l'entrée du yuan dans le panier du FMI

le
0

* Le FMI pourrait inclure $40 mds en yuans dans son panier de devises * Des banques centrales devraient lui emboîter le pas * Cela devrait déclencher un mouvement de réallocations d'actifs * Axa estime l'afflux de capitaux sur le yuan à $600 mds sur cinq ans par Michelle Chen HONG KONG, 12 novembre (Reuters) - Les gérants d'actifs étrangers se préparent à augmenter leur exposition aux obligations libellées en yuan lorsque le Fonds monétaire international aura, peut-être d'ici la fin du mois, approuvé le principe de l'entrée de la monnaie chinoise dans son panier de devises. La décision du FMI d'inclure le yuan (ou renminbi, RMB) dans ses réserves, dont le montant avoisine 280 milliards de dollars (260 milliards d'euros), devrait inciter des banques centrales à faire de même et certains gérants de fonds disent envisager d'ajuster leurs portefeuilles en conséquence. "La reconnaissance par le FMI va renforcer le statut de monnaie de réserve internationale du RMB. Nous pensons que de nombreux investisseurs officiels vont commencer à procéder à des allocations en RMB", explique Axa Investment Managers dans une étude. Des analystes estiment que le FMI devrait dans un premier temps fixer à 14% environ la part du yuan dans la composition de ses "droits de tirage spéciaux" (DTS), ce qui se traduirait par un afflux d'environ 40 milliards de dollars au cours des prochaines années. "La plupart des banques centrales auxquelles nous avons parlé sont favorables à cette intégration et s'y préparent. Plusieurs banques centrales envisagent leur première allocation et certaines envisagent d'augmenter les allocations existantes", a dit Jukka Pihlman, responsable des banques centrales et des fonds souverains chez Standard Chartered. Mais les avoirs des banques centrales pourraient ne former que le sommet de l'iceberg. RÉÉQUILIBRAGE "Cela va conduire beaucoup de gérants devises à des rééquilibrages", prédit Stephen Chang, responsable taux fixes pour l'Asie chez JPMorgan Asset Management. "Il est certain que les investisseurs internationaux sont sous-investis en obligations chinoises: ils viennent tout juste de partir de zéro." On peut ainsi s'attendre à un report vers des actifs libellés en yuan d'environ 1% par an des réserves de change mondiales extérieures à la Chine. Axa table ainsi sur un total d'environ 600 milliards de dollars sur les cinq prochaines années. Gérants et analystes estiment que la majeure partie de ces flux se portera sur des produits de taux fixes, notamment les obligations les mieux notées émises par l'Etat chinois et les banques publiques, qui offrent des rendements élevés pour un risque limité. "Nous augmentons progressivement notre exposition aux obligations en yuan et nous nous intéressons aux obligations d'Etat 'onshore' (émises en Chine continentale) par opposition aux obligations 'dim sum' (émises en yuan à Hong Kong)", dit Bryan Collins, gérant de portefeuille de Fidelity Worldwide Investment. La part des investisseurs étrangers dans le marché des obligations émises en Chine, qui pèse quelque 7.000 milliards de dollars, n'est pour l'instant que de 2%. Des banquiers notent que les démarches entreprises ces dernières années par Pékin pour respecter les conditions préalables à l'entrée du yuan dans les DTS du FMI devraient en elles-mêmes favoriser l'augmentation de la part des investisseurs étrangers sur le marché des actifs en yuan. La Chine a ainsi abandonné les quotas qui encadraient les achats d'obligations des banques centrales étrangères et des fonds souverains et envisage d'étendre les horaires de cotation du yuan pour couvrir en partie les heures d'ouverture des marchés européens, dans le but d'attirer des investisseurs non-asiatiques. (Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux