Les fonds monétaires méritent un traitement différencié

le
0

(NEWSManagers.com) - La réforme des fonds monétaires était nécessaire mais au-delà de la réserve de fonds propres de 3% pour les fonds à valeur liquidative constante (CNAV), " une multitude de points impactent également les fonds à valeur liquidative variable (VNAV)" , observe Mikael Pacot, président du groupe de travail Fonds monétaires de l' Association française de la gestion financière ( AFG), et par ailleurs responsable de la gestion monétaire d' Axa IM Paris, dans un entretien publié dans la dernière lettre de l' AFG " Gestion info" (numéro 10, novembre 2013).

Selon Mikael Pacot, " Ceci est d'autant plus surprenant que les travaux sur les risques systémiques ont mis en exergue les risques inhérents aux CNAV. Les VNAV ont fait la preuve de leur robustesse pendant la crise et ont été désignés par le FSB, l'ESRB et l'IOSCO comme le modèle vers lequel l'industrie devait converger" . Au-delà de la bataille idéologique qui oppose les deux types de fonds, " il existe une vraie différence de conception qui justifierait un traitement règlementaire différencié" , estime Mikael Pacot.

La plupart des mesures font déjà l'objet de contrôles de la part des sociétés de gestion françaises et n'impliqueront qu'une modification de paramétrages des systèmes. Toutefois, d'autres dispositions nécessiteraient, si elles étaient adoptées en l'état, " des développements beaucoup plus lourds ou des changements en profondeur des processus actuels" . Au-delà de son coût, cette réglementation pourrait être " contre-productive en entraînant une uniformisation des fonds, des comportements procycliques et une concentration des acteurs" , souligne Mikael Pacot, ajoutant qu' " une règlementation trop précise peut rapidement devenir inadaptée" .

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant