Les fonds japonais, enfin un bon placement ?

le
0
Le taux de chômage japonais, en décrue continue, fait partie des indicateurs positifs sur l'état du pays. (© M. Brenn)
Le taux de chômage japonais, en décrue continue, fait partie des indicateurs positifs sur l'état du pays. (© M. Brenn)

«This time, it’s different !» disent les Anglo-Saxons, à chaque fois qu’ils essaient de convaincre un interlocuteur que, cette fois, c’est sûr, les choses vont vraiment changer. On aimerait qu’il en soit ainsi, à entendre à nouveau les sociétés de gestion vanter  les mérites des valeurs japonaises promises, se­lon leurs gérants, à une renaissance des plus durables.

Certes, l’indice phare de la Bourse de Tokyo, le Nikkei 225, a tout de même rebondi de 100% en trois ans et gagne encore 6% depuis janvier contre 9% pour le CAC 40. Mais, à près de 18.000 points en début de semaine, l’indice Nikkei 225 est encore très loin de son plus-haut historique, touché en 1989 à près de 40.000 points.

Explosion de la dette

Le Japon paraît aller mieux puisqu’il est enfin sorti de la déflation avec un taux d’inflation moyen d’environ 2% pour cette année. C’est le fruit d’une explosion de la masse monétaire, une politique de la banque centrale comparativement encore plus audacieuse que celle de la Réserve fédérale. Et après une récession technique l’an dernier (-0,1%), la croissance économi­que du pays devrait redevenir positive (+1,7% en 2015). Le taux de chômage, en décrue continue, fait aussi partie des indicateurs positifs (environ 3,4% de la population active).  

Reste que la dette publique du Japon a elle aussi

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant