Les fonds dédiés à la transition énergétique mal pilotés

le
1
LA COUR DES COMPTES ÉPINGLE LA GESTION DES FONDS CONSACRÉS À LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE
LA COUR DES COMPTES ÉPINGLE LA GESTION DES FONDS CONSACRÉS À LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

PARIS (Reuters) - Les investissements dans l'énergie, dont 20 milliards d'euros annuels sont supportés par l'Etat, doivent être mieux pilotés si la France veut atteindre les objectifs européens de lutte contre le réchauffement climatique, estime la Cour des comptes.

La France est en avance sur ces objectifs mais accuse un retard important dans le développement des renouvelables et ne se mobilise pas assez sur la réduction de la consommation, peut-on lire dans un rapport publié jeudi.

Au total, 37 milliards d'euros sont actuellement consacrés à l'énergie chaque année en France, dont 20 milliards de crédits publics ou d'aides comme les tarifs réglementés ou la contribution au service public de l'électricité (CSPE).

"Globalement, ces mesures très diverses souffrent d'une insuffisante évaluation de la part de l'État, tant en ce qui concerne leur efficacité propre que leur coût effectif", dit le rapport, soulignant que les dérives constatées ont toujours été financées par le consommateur ou le contribuable.

Les secteurs du solaire et de l'éolien ont été respectivement déstabilisés par une bulle financière et par une instabilité tarifaire.

La Cour propose ainsi de regrouper et de simplifier les différents dispositifs de soutien et d'accompagnement.

"Une fois définis et correctement quantifiés, ils devront demeurer stables, afin de permettre aux acteurs de s'engager dans des investissements de longue durée", dit le rapport.

Le gouvernement a promis une refonte des systèmes d'aides aux énergies renouvelables, déjà critiqués par la Cour des comptes dans un précédent rapport.

Pour réaliser la transition énergétique, ces investissements annuels devraient croître entre 30% et 100% jusqu'en 2050.

La Cour pointe également la défaillance de la gouvernance dans la transition énergétique et appelle à confier la concertation sur ce sujet au Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP), qui dépend de Matignon.

"VERROUS TECHNOLOGIQUES"

La France est sur la bonne voie pour réduire en 2020 de 20% ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990, objectifs décidés au niveau de l'UE, en raison notamment de la place du nucléaire, qui n'émet pas de CO2, dit la Cour.

Les émissions de la France, qui accueillera en 2015 la prochaine conférence sur le Climat, représentent moins des deux tiers de la moyenne des pays de l'Union européenne.

Trop concentrée sur la production d'électricité renouvelable, la France a négligé la chaleur et ne devrait pas atteindre l'objectif européen de porter à 20% la part des énergies renouvelables dans sa production.

"Devant cette situation et au vu de telles tendances, l'atteinte des objectifs globaux pour 2020 apparaît difficile", peut-on lire.

La Cour recommande également d'intensifier la politique de recherche dans les domaines qui constituent des "verrous technologiques" au développement des énergies renouvelables, citant notamment le stockage de l'électricité qu'elles produisent et l'adaptation des réseaux de transport et de distribution.

Elle cite l'exemple de l'Allemagne, très en avance avec 70.000 gigawatts de solaire et d'éolien installés contre 15.000 environ en France, où ces énergies intermittentes et imprévisibles ont provoqué une "désorganisation" des réseaux.

Ces filières devraient être au coeur d'une meilleure coopération dans l'énergie que la France et l'Allemagne ont appelé mercredi de leurs voeux, après les déclarations de François Hollande allant dans ce sens.

Marion Douet, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • abacchia le jeudi 16 jan 2014 à 20:17

    C'est tout de même incroyable de constater que même avec €20 Milliards par an pesant dans le budget de l’État, personne ne sache où en est ? Quels services sont rendus ? Quelles avancées ? Ce n'est pas de l'incompétence, c'est de la fainéantise, et ça concerne tous les "partis de gouvernement" ! Quelle tristesse....