Les fonds de pension à la française pourraient drainer quelque 130 milliards d'euros

le
0

(NEWSManagers.com) -

Emmanuel Macron veut continuer à favoriser l'orientation de l'épargne vers le financement de l'économie, notamment par le biais de fonds de pension à la française. Alors même que l'essentiel des régimes de retraite est placé en droit français sous Solvabilité II , le ministre de l'économie rappelle que la directive européenne sur les institutions de retraites professionnelles permet de définir un cadre prudentiel ad hoc pour ces régimes. " C'est ce que nous comptons faire avec l'introduction d'un tel régime ad hoc de type " fonds de pension " . Environ–0 milliards d'euros pourraient ainsi être réorientés vers de tels véhicules ce qui, au global, devrait permettre de dégager une capacité de financement en fonds propres de l'ordre de 15 à 20 milliards d'euros" , déclare le ministre dans les colonnes du dernier numéro de la revue Risques.

Le ministre suggère par ailleurs que la directive Solvabilité II mériterait peut-être quelques aménagements. " Ma conviction – et cela vaut pour l'assurance comme pour la banque –, est que nous sommes dans un système beaucoup trop rigide, où le pilotage est très insatisfaisant. Je crois que nous devrions organiser un pilotage plus politique au niveau européen. Pourquoi ? Parce qu'on a une économie où la régulation assurancielle conduit à ne plus financer en fonds propres l'économie, mais à financer l'obligataire – avec d'ailleurs tous les risques que cela peut induire sur le système financier" , affirme Emmanuel Macron.

Le ministre évoque par ailleurs les failles de l'écosystème français au moment du développement critique des start-up après la phase d'amorçage. " Le problème survient après l'amorçage, au moment du développement critique des start-up, car nous n'avons pas de fonds de capital-risque). Nous avons donc un défi à relever pour faciliter les troisième et quatrième phases de développement de nos start-up" , remarque Emmanuel Macron qui estime nécessaire de faire venir des fonds d'investissement en capital-risque étrangers sur le marché français. Alors que les fonds de capital-risque n'arrivent plus à sortir sur le marché américain parce que les derniers tours de table privés sont trop élevés, il est " dans leur intérêt de venir investir sur nos marchés" . Ensuite, on peut développer de telles structures dédiées au capital-risque. " On a créé des véhicules comme la société de libre partenariat (SLP) qui sont plus adaptés au capital-risque sur le plan réglementaire et mieux à même d'accueillir des investisseurs étrangers" , remarque Emmanuel Macron.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant