Les fonds actions responsables des trois quarts de la décollecte au deuxième trimestre

le
0
(NEWSManagers.com) - Bouteille à moitié pleine ou à moitié vide... En baisse de 2,4% au deuxième trimestre, l'encours du marché français de la gestion collective représentait 751,9 milliards d'euros, soit des actifs sous gestion à un niveau supérieur à celui constaté au début d'année. Pour autant, sur un an glissant, le recul atteint 7,5%... Tel est le bilan de l'enquête d' Europerformance a SIX Company portant sur l'évolution de la gestion collective en France entre avril et juin. Toutes classes d'actifs confondues, la décollecte des OPCVM de droit français aura représenté 9,1 milliards d'euros sur le trimestre tandis que " l'effet marché" des classes d'actifs risqués aura amputé l'encours de 7,74 milliards d'euros. Au total, la baisse de l'ensemble du marché atteint donc 18,28 milliards d'euros.


Logiquement, les OPCVM les moins risqués ont eu les préférences des investisseurs. Avec une variation de leur encours de 5,174 milliards d'euros dont 3,249 milliards d'euros de collecte nette, la famille des fonds de trésorerie est la seule à avoir enregistré des flux positifs. Plus précisément, les fonds de Trésorerie Régulière ont enregistré des flux nets de 4,3 milliards d'euros sur le trimestre, " portant le total des allocations reçues depuis janvier à 22,7 milliards d'euros" , précise l'étude qui note que l'encours des OPCVM de Trésorerie Régulière, à 320,4 milliards d'euros progresse de 1,5% sur le trimestre et de 8,3% depuis le début de l'année.


A 67,02 milliards d'euros, l'encours des OPCVM Obligations est quant à lui en baisse de près de 2% sur le trimestre. Sur douze mois, son repli atteint désormais 7,5%. Les fonds obligataires ont enregistré des sorties nettes de deuxième trimestre qui se sont élevées à 1,278 milliard d'euros alors que - là encore - ces fonds avait bénéficié d'une allocation nette de 2,2 milliards d'euros en début d'année.


L'étude d' Europerformance permet de distinguer cependant deux catégories obligataires qui ont collecté en net : la catégorie " Obligations euro à Echéance" (+270 millions d'euros) et celle dite " Obligations Pays Emergents" (+130 millions d'euros).


De leur côté, les OPCVM Obligations Convertibles n'ont toujours pas fait recette. Pour le quatrième trimestre consécutif, ces fonds ont décollecté en net. A 11,02 milliards d'euros, leur encours s'est à nouveau contracté de 6% d'avril à juin et retombe à son niveau de début d'année." Les demandes de rachats, qui ont néanmoins épargné les fonds de catégorie Convertibles Europe, ont rassemblé 433 millions d'euros au cours du trimestre ; Quant à l'effet performance, de l'ordre de 2%, il est, dans le même temps, à l'origine d'une baisse de l'encours de 239 millions d'euros" , indique l'enquête.


Sans surprise, les fonds investis en actions ont été les plus touchés par la nette aversion au risque des investisseurs. Avec une variation négative des actifs sous gestion de 14,25 milliards d'euros entre avril et juin, dont 6,81 milliards de décollecte, l'encours des OPCVM Actions est en repli de 8%. " Après deux trimestres consécutifs de hausse, les actifs sous gestion rassemblent désormais 164,8 milliards d'euros" , note Europerformance.


Dans le détail, les fonds Actions Europe incluant notamment les catégories Actions France, Actions Euro et Actions Europe ont enregistré des retraits trimestriels de 3,7 milliards d'euros. Jusque là épargnées, les catégories " Actions Emergentes" et " Actions Internationales" , ont, elles aussi, enregistré des rachats au cours du trimestre. Leur décollecte nette atteint 1,4 milliard d'euros. De la même façon, les catégories Actions Amérique et Actions Asie ont subi des sorties nettes de 1 milliard d'euros de retraits sur le trimestre. Seule la catégorie des fonds Actions Amérique a bénéficié d'un " effet marché" positif au cours du trimestre (+0,1%). " Quoi qu'il en soit, au global, l'effet marché est responsable d'une perte trimestrielle de 6,6 milliards d'euros, contre un gain de 15,9 milliards d'euros en début d'année" , note Europerformance.


Enfin, les fonds indiciels et les ETFs n'ont pas fait exception. Les actifs gérés en fonds indiciels et en ETFs ont perdu près de 7%. A 52,9 milliards d'euros, ils repassent sous leur niveau de début d'année. " La décollecte des fonds Actions a atteint près de 1,7 milliard d'euros au deuxième trimestre. De la même manière, les demandes de rachats de produits de taux (Trésorerie et Obligations) se sont élevées à 372 millions d'euros" , détaille l'enquête.


Toutes classes d'actifs confondues, la gestion passive enregistre une décollecte trimestrielle de 2,1 milliards d'euros, contre 414 millions d'euros de retraits lors du premier trimestre. De façon assez paradoxale, ce sont les ETFs " classiques " (de type long only, sans effet multiplicateur) qui ont enregistré des sorties nettes de 1 milliard d'euros de retraits tandis que les rachats d'ETFs à effet de levier (leverage et short) se sont limités à 144 millions d'euros.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant