Les fonctionnaires s'attendent à une nouvelle réforme des retraites

le
24
INFO FIGARO - 99,2 % d'entre eux ne croient pas que la réforme Ayrault sera la dernière, selon un sondage Préfon / Toutsurlaretraite.com. Par ailleurs, ils ne sont pas massivement opposés à une refonte du calcul de leur retraite.

Ce ne sera pas «la der des der». Les fonctionnaires estiment à 99,2% que la réforme Ayrault des retraites ne sera pas la dernière, selon un sondage Préfon / Toutsurlaretraite.com à paraître jeudi. Les agents de l'État ne croient donc pas à l'argumentaire du gouvernement. Ce dernier prévoit pourtant, grâce à l'allongement de la durée de cotisation de 41,5 à 43 ans de 2020 à 2035, une réduction du déficit des régimes.

Les fonctionnaires n'ont pas tort. Le projet de loi «garantissant l'avenir et la justice du système de retraites», qui doit être voté définitivement mercredi prochain à l'Assemblée nationale, se borne à traiter les quelques 7 milliards d'euros de déficit du régime général des salariés à horizon 2020. Or, le déficit total de tous les régimes s'élèvera à plus de 20 milliards d'euros, dont 8,6 milliards pour les seuls régimes du public.

D'autre part, 45% des fonctionnaires sondés ne sont pas opposés à une révision du mode de calcul de leurs retraites. Ces derniers «se déclarent favorables à un calcul sur les 10 meilleures années en intégrant les primes, au lieu des 6 derniers mois de traitement sans les primes comme aujourd'hui», notent les auteurs du sondage. Dans le privé, les pensions sont définies à partir des salaires des 25 meilleures années, ce qui les désavantage. Proposé par le rapport Moreau sur l'avenir des retraites en amont de la réforme, l'abandon de la règle des six mois en échange de la prise en compte des primes a provoqué un tollé dans les rangs des syndicats de la fonction publique. Sans surprise, le gouvernement a donc enterré l'idée.

Enfin, 54,3% des fonctionnaires se disent attachés à la catégorie «active» de la fonction publique et ne veulent pas l'abandonner au profit du nouveau «compte pénibilité». La catégorie «active» concerne les agents qui exercent un métier pénible et peuvent partir à la retraite plus tôt (57 ans ou même 52 au lieu de 62 ans). Le compte pénibilité, instauré par la réforme Ayrault, vise à laisser partir plus tôt les salariés du privé ayant exercé des tâches pénibles, via un système de points. Il entrera en vigueur en 2015.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nono67 le mercredi 25 déc 2013 à 13:31

    métier pénible et partir à 52 ans ? ben voyons . Et caissière chez carrefour, ce n'est pas un métier pénible ? 2 ou 3 ans plus tôt ok, mais 10 ans plus tôt ... Et encore il y a des professions ou on part à la retraite encore plus vite ( militaire ) . Pour moi, un militaire est aussi important qu'un boulanger à la société et le boulanger n'a pas plus de vie de famille que le militaire.

  • lemeri38 le mardi 17 déc 2013 à 20:08

    et pourtant ils sont toujours en grève et jamais contents lol

  • mlaure13 le lundi 16 déc 2013 à 12:08

    10-Avantage de leur statut. 80% sont fonctionnaires à vie. Sauf cas rares, ils ne peuvent pas être licenciés. Sur les 20% restants, la moitié est en CDI, donc protégée des aléas économiques. Certes, au titre de la "solidarité" avec le privé, les agents versent, depuis 1983, une petite cotisation chômage. Mais cette ponction, qui n'excède pas 1% de leur revenu, n'a jamais été revalorisée. Dans le privé, cette cotisation - autour de 2,5% à la charge du salarié est régulièrement augmentée.

  • mlaure13 le lundi 16 déc 2013 à 12:07

    9-Et toute une série de bonus, logement, mutuelle, prêts bancaires, le "supplément familial de traitement": prime, accordée dès le 1er enfant et cumulable avec les alloc familiales générerait une facture annuelle de plus de 1 milliard d'euros pour l'Etat. Sur l'absentéisme, le décalage n'est pas près de se réduire. Sous la pression des syndicats, Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, a supprimé, en février dernier, le jour de carence des fonctionnaires.

  • mlaure13 le lundi 16 déc 2013 à 12:06

    8-.Autre privilège, la pension de réversion. Au décès d'un fonctionnaire, une partie de sa retraite est automatiquement reversée au conjoint. Dans le privé, pour en bénéficie, il doit avoir au moins 55 ans, et ne pas dépasser un plafond de ressources. Ces inégalités de traitement entre public et privé ont de beaux jours devant elles. Le Gvt a prévu de réformer d'ici fin 2013 le régime général des retraites dans le privé. Pas celui du public.

  • mlaure13 le lundi 16 déc 2013 à 12:06

    7-Pensions aux petits oignons…les salariés du secteur marchand prennent leur retraite en moyenne à 62,2 ans, les fonctionnaires avant 59 ans. Pis, les catégories "actives", comme les policiers, pompiers, douaniers, aiguilleurs du ciel, peuvent se retirer à partir de 52 ans. Près d' un fonctionnaire sur quatre profite de "bonifications d'annuités", c'est-à-dire de trimestres gratuits. Ces avantages tendent à diminuer. Mais les agents, bien informés, savent en profiter à temps.

  • mlaure13 le lundi 16 déc 2013 à 12:05

    6-Dans le privé, les régimes doivent serrer la vis, et, le 13 mars, patronat et syndicats ont désindexé les retraites de 11,5 millions de bénéficiaires de ces caisses. Résultat: à l'arrivée, le montant des retraites du public est bien supérieur à celui du privé. Ainsi, au 31 décembre 2011, les 2,6 millions de retraités du public ont touché une pension moyenne de 1.724 euros par mois. Contre 1.216 euros dans le privé, selon les chiffres 2010 de l'Insee. Près de... 500 euros d'écart.

  • mlaure13 le lundi 16 déc 2013 à 12:04

    5-Un système de retraite nettement plus avantageux, et bien plus généreux que celui du privé. Leur pension est calculée sur les 6 derniers mois de traitement, celle des salariés du privé sur les 25 meilleures années. Alors que les carrières pleines dans le privé se font rares, ce système creuse l'écart. "Les agents du public ont leur pension garantie à 75% de leur dernier salaire en moyenne. Sauf faillite de l'Etat, ils seront toujours payés"

  • mlaure13 le lundi 16 déc 2013 à 12:04

    4-Enfin, leur statut offre aux fonctionnaires toute une série de petits bonus, en matière de logement, de mutuelle, de prêts bancaires... Sans oublier le "supplément familial de traitement": cette prime, accordée dès le premier enfant et cumulable avec les allocations familiales générerait une facture annuelle de plus de 1 milliard d'euros pour l'Etat.

  • mlaure13 le lundi 16 déc 2013 à 12:03

    3-Progression des salaires. En 2010, en pleine crise, le PA des fonctionnaires a + d'1,7% ... Certes, depuis 2011, le gel du point d'indice (base de calcul au traitement du public) a ralenti. Mais avec les avancements, (glissement vieillissement technicité, le fameux GVT),les rémunérations augmentent. La moitié des agents de catégorie B a vu son salaire net progresser de 9,7% en € constants entre 2006/2010, soit 2,3% par an, (rapport de la fonction publique de 2012).