Les fonctionnaires européens promis à la diète 

le
0
Les États exigent de Bruxelles des économies sur les retraites, les salaires et les effectifs.

En nombre, ils ne pèsent que 0,1% à peine des fonctionnaires dans les frontières de l'Union européenne. Avec leur statut et les avantages qui y sont liés, les «eurocrates» font bien des jaloux. Mais ces quelque 50.000 privilégiés, jusqu'ici remarquablement immunisés contre l'austérité, s'apprêtent à subir une remise en question sans précédent depuis un demi-siècle.

C'est peu de dire que le torchon brûle entre les syndicats, l'employeur - la Commission, en l'occurrence - et surtout les payeurs, autrement dit les États membres. «Bruxelles doit régler d'urgence un sérieux problème d'équité et de crédibilité: elle ne peut pas à la fois exiger de tous les autres qu'ils se serrent la ceinture et en même temps maintenir un train de vie aussi élevé», insiste le trésorier d'un État membre. Onze pays - dont la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'essentiel de l'Europe du Nord - ont donc engagé le bras de fer, avec un ultimatum adressé à José Manuel Barr

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant