Les foncières de bureaux au banc d'essai

le
0
La Défense, premier quartier d'affaires européen, compte 2.500 entreprises et 180.000 salariés répartis dans près de 70 tours. (© Fotolia)
La Défense, premier quartier d'affaires européen, compte 2.500 entreprises et 180.000 salariés répartis dans près de 70 tours. (© Fotolia)

Les foncières répondent présentes. À fin octobre, le millésime 2015 se traduisait par un parcours très positif pour le secteur. L’indice Euronext IEIF Siic France, qui synthétise la performance des 32 principales foncières cotées en France, gagne–,3% depuis le 1er janvier. Il fait jeu égal avec le CAC 40 (+14,6%) après une année de surperformance exceptionnelle en 2014 : l’indice des foncières avait progressé de 10,5% contre une stabilité pour l’indice CAC 40 (-0,5%).

Les taux d’intérêt bas, béquille du secteur

Pourtant, ce beau parcours reste marqué par des performan­ces à deux vitesses. Ce sont les foncières spécialisées dans l’immobilier commercial, notamment Unibail-Ro­dam­co et Klépierre, qui tirent l’indice vers le haut. Poids lourds de la pierre cotée 
– elles pèsent ensemble 31% de l’indice – leurs actions grimpent toutes deux de 21% en 2015. Les foncières de bureaux sont davantage à la traîne.

Depuis quelques années, c’est la baisse des taux d’intérêt qui sert de béquille au secteur. Les taux bas ont renchéri les prix des actifs. Les investisseurs institutionnels s’arrachent l’immobilier commercial et tertiaire, dont la prime de risque n’a jamais été aussi favorable. Ils préfèrent acheter un immeuble de bureaux qui leur servira du 3,5% sur vingt ans que se placer sur de la dette d’État à

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant