Les floués de MtGox croient toujours au bitcoin

le
0
Les floués de MtGox croient toujours au bitcoin
Les floués de MtGox croient toujours au bitcoin

"Seul un miracle pourrait me rendre mes bitcoins mais je crois toujours en cette monnaie". Bien qu'Aaron Gotman ait perdu plus de 200.000 dollars dans la fermeture de la plate-forme MtGox, il garde confiance en les vertus de cette devise virtuelle.Il fait partie de quelques dizaines de possesseurs de bitcoins qui se sont réunis jeudi soir dans un restaurant de Tokyo pour échanger leurs malheurs et leurs espoirs après la suspension des transactions de MtGox le 7 février.Cet arrêt brutal, suivi deux semaines plus tard de la disparition pure et simple du contenu du site internet de l'entreprise, fait que ces investisseurs craignent d'avoir perdu de quelques milliers de dollars... à pas loin d'un million pour les plus importants."J'avais plus d'un millier de bitcoins chez MtGox", confie Mme Inoue, une jeune Japonaise venue avec son bébé pour s'informer. Le bitcoin, une monnaie virtuelle créée sur ordinateur en 2009, reste coté sur ses autres "places financières" mondiales où il valait pas loin de 590 dollars jeudi. La valeur des bitcoins de Mme Inoue bloqués chez MtGox, et peut-être disparus à jamais, pourrait donc dépasser les 600.000 dollars.Comme la plupart des participants, elle ne montre pourtant pas de colère noire, se disant simplement "mécontente"."J'ai commencé à investir dans les bitcoins il y a deux ou trois ans, à l'époque ils ne valaient qu'un dollar pièce. J'ai commencé juste pour m'amuser, puis c'est devenu un veritable investissement", à mesure que la valeur du bitcoin a décollé sur ces places de cotation spécifiques dont MtGox était l'une des plus anciennes et des plus importantes."D'un certain point de vue, je n'ai perdu qu'un millier de dollars", relativise Mme Inoue qui dispose de bitcoins ailleurs et se dit décidée à investir encore.La plupart de ses camarades d'infortune d'un soir, une majorité de trentenaires japonais et occidentaux, sont en effet ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant