Les flops de Chelsea

le
0
Les flops de Chelsea
Les flops de Chelsea

Cinq victoires et déjà neuf défaites en 17 rencontres : le bilan de Chelsea en ce début de saison est catastrophique. Mais si les médias tapent beaucoup sur José Mourinho, ces résultats lamentables sont avant tout dus au niveau de jeu décevant des véritables tauliers de l'an dernier qui constituaient la colonne vertébrale du champion d'Angleterre en titre. Une colonne vertébrale aujourd'hui complètement désossée.

John Terry (12 matchs toutes compétitions confondues)


La remorque est de retour. Après une saison 2014-2015 monstrueuse, où personne ne l'attendait et durant laquelle il a participé à tous les matchs de Premier League de son équipe, Johnny Boy tire la langue. À la ramasse dans les duels, loin d'être titulaire indiscutable, pas aidé par sa lenteur intrinsèque et celle de son compère Cahill, le défenseur central est constamment dépassé et traîne le poids de ses lourds 34 ans sur son dos. En témoignent ses trois cartons jaunes récoltés en douze rencontres (contre quatre en 49 l'an dernier). Quoi de plus logique finalement ? Le déclin de l'Anglais ne date pas d'hier. Son excellente année dernière n'était en réalité qu'un joli rayon de soleil dans sa grise fin de carrière. Non, ce qui est plus grave, c'est que l'emblématique capitaine des Blues semble s'être lassé de son aventure londonienne et n'affiche plus sa légendaire détermination ni son leadership après avoir tout remporté avec son club de cœur. Le Mirror parle d'ailleurs d'un départ en Chine ou en Turquie dès janvier prochain. Habitué à gagner, JT a vécu sa pire saison en 2001 avec 27% de défaite. Cette année, cette statistique atteint 50%. Sûr qu'il voudra redresser la barre avant de quitter le navire. Car s'il lui reste quelque chose, c'est encore son orgueil.


Nemanja Matić (14 matchs)


Où est passé le Serbe ? Qui est cet individu, qui lui ressemble effectivement trait pour trait, mais qui ère pourtant sur le terrain comme une âme en peine ? Et s'il s'avère que c'est finalement bien de Nemanja dont on parle, comment peut-on devenir si fébrile d'une année sur l'autre, à un poste clé de ce Chelsea-là, qui plus est ? Le problème du milieu de terrain est-il simplement physique, lui qui a joué 60 matchs la saison dernière ? Après tout, l'ancien de Benfica n'avait jamais dépassé la barre des 50 matchs en une saison avant 2014. Toujours est-il que le comportement et le placement du joueur, qui se montrait jusque-là tellement intelligent, laissent à désirer. L'infatigable récupérateur s'est muté en anonyme dépourvu de toute science…





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant