Les FinTech vont rebattre les cartes de la distribution de fonds

le
0

(NEWSManagers.com) - La montée en puissance des FinTech devrait profondément modifier les règles du jeu dans la distribution des fonds. Tel est du moins le diagnostic que dresse l'ALFI, l'association luxembourgeoise des fonds d'investissement, dans le cadre d'une étude publiée conjointement avec Deloitte (" How can FinTech facilitate Fund Distribution " ). " L'industrie de la gestion d'actifs a aujourd'hui une occasion unique de réinventer et de moderniser la distribution de fonds et de répondre ainsi aux défis qui se posent tant au niveau des marchés qu'au niveau opérationnel, au profit des investisseurs actuels et futurs " , avance Denise Voss, la présidente de l'ALFI.

D'après cette étude, l'émergence des FinTech commence à transformer le secteur financier à l'échelle de la planète, une multitude de nouveaux acteurs suscitant un intérêt croissant de la part des marchés, des clients et des investisseurs. Pour l'ALFI, les prestataires de services au secteur de la gestion d'actifs établis au Luxembourg sont toutefois bien placés pour aider les gestionnaires d'actifs et les intermédiaires de la distribution à maîtriser les changements qui se dessinent. Pour Denise Voss, FinTech est d'ailleurs bien plus qu'un simple mot à la mode. De fait, les FinTech auront " un impact fondamental sur les modèles d'affaires des gestionnaires d'actifs, des intermédiaires de la distribution et des prestataires de services qui, en plus, sont confrontés à de nouveau comportements de la part des investisseurs " , observe la présidente de l'ALFI. Dans un tel contexte, " l'écosystème de la gestion d'investissements doit non seulement améliorer son efficience mais également offrir une meilleure expérience client s'il veut continuer à prospérer " , ajoute Denise Voss.

Dans ce cadre, afin d'aider les gestionnaires d'actifs et les distributeurs à adapter leurs modèles d'affaires à cette nouvelle donne, l'ALFI a mis en place son " FinTech/Digital Forum " . Objectif : mettre en évidence les défis et les opportunités engendrés par les nouvelles technologies numériques.

La menace est loin d'être anodine. L'étude de l'ALFI et de Deloitte souligne en effet que, au niveau mondial, les investissements dans le secteur FinTech augmentent de manière exponentielle, ceux-ci ayant triplé de 2013 à 2014 pour atteindre 12 milliards de dollars. En outre, sur le seul territoire luxembourgeois, un " nombre impressionnant de nouvelles entreprises " ont vu le jour ces dernières années, avec désormais plus de 150 sociétés FinTech offrant des infrastructures ou services informatiques ainsi que des services aux entreprises basés sur des logiciels ou des technologies. Parmi les nouvelles technologies qui ont récemment vu le jour, l'étude cite le Blockchain, l'intelligence artificielle, l'apprentissage automatique, les plateformes numériques d'investissements ou encore le prêt entre particuliers. " La nouvelle génération d'investisseurs veut être plus proche des gestionnaires d'actifs, être mieux outillée pour comparer ses investissements à des investissements de référence, investir de manière socialement responsable et avoir accès à des plateformes d'investissement en ligne " , énumèrent les auteurs de l'étude.

Par ailleurs, L'ALFI et Deloitte soulignent que le " Big Data " et les services analytiques réussissent à " faire parler " les nombreuses données récoltées et peuvent ainsi produire des modèles descriptifs et prédictifs des comportements des investisseurs, mesurer aussi bien les performances que les risques ou offrir une meilleure connaissance des marchés.

" Des gestionnaires d'actifs performants adapteront leurs stratégies de marketing et de gestion des produits à la mentalité et aux habitudes de la nouvelle génération d'investisseurs en utilisant les FinTech pour tirer profit de la vaste gamme déjà disponible de sources de données, y compris de sources externes comme les média sociaux " , avance l'étude. De même, " les atouts clés de plateformes en ligne seront l'éducation des investisseurs, la mesure des risques et des performances, des fonctionnalités de tenues de compte, la comparaison de l'évolution de la fortune des clients avec leurs objectifs d'investissement ainsi que l'information sur les marchés, ajoute l'étude. Ces plateformes numériques enrichies stimuleront les canaux de distribution directe aux clients finaux à la fois au niveau des petits investisseurs et des investisseurs institutionnels. "

L'ALFI et le secteur luxembourgeois de la gestion d'actifs estiment toutefois avoir des atouts à faire valoir face à cette nouvelle concurrence. " Agents de transfert, plateformes de gestion des ordres, administrations centrales et dépositaires ont un rôle majeur à jouer dans les changements déclenchés par les FinTech, estime l'ALFI. Les acteurs luxembourgeois doivent activement promouvoir l'innovation au niveau local et entrer en relation avec les perturbateurs, les " modernisateurs " et les vecteurs de croissance afin de rester à la pointe des développements, d'adapter leurs modèles d'affaires avec agilité et d'éviter que des innovations ne leur soient imposées de l'étranger. "

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant