Les films de la semaine : comédies, polars sous tension et drames en série

le
0
Extrait de 'Demi-soeur' avec Michel Blanc et Josiane Balasko StudioCanal. All Rights Reserved.
Extrait de 'Demi-soeur' avec Michel Blanc et Josiane Balasko StudioCanal. All Rights Reserved.

(AFP) - Sur les écrans à partir de mercredi, le nouveau film de et avec Josiane Balasko, "Demi-soeur", comédie familiale touchante, où l'actrice et réalisatrice retrouve Michel Blanc. Jean-Hugues Anglade est à l'affiche de "L'Autre vie de Richard Kemp", un polar sous tension. Le réalisateur américain M. Night Shyamalan ("Sixième Sens", "Phénomènes"...) est de retour avec "After Earth", un film de science-fiction où l'humanité joue sa dernière carte.

- "Demi-soeur" de Josiane Balasko (1H30) Avec Michel Blanc, Josiane Balasko, Brigitte Roüan - Avec "Demi-soeur", Josiane Balasko signe une comédie inattendue et touchante, où elle incarne "une petite fille de 60 ans" aux côtés d'un "frère" à peine plus jeune, qu'elle ne connaît pas dans le film, mais très bien dans la vie et qu'elle rêvait de retrouver au cinéma, Michel Blanc. Tourné à Angers, près de Saint-Nazaire et en région parisienne, ce huitième long métrage d'une des actrices et réalisatrices françaises les plus populaires, raconte l'histoire d'Antoinette Novack alias Nénette, une sexagénaire qui a l'âge mental d'un enfant de huit ans et qui a toujours vécu seule avec sa mère. Lorsque celle-ci meurt, son monde s'écroule.

- "L'Autre vie de Richard Kemp" de Germinal Alvarez (France, 1H42) avec Jean-Hugues Anglade, Mélanie Thierry, Philippe Berodot - Alors que le commandant de police Richard Kemp (Jean-Hughes Anglade) enquête sur un meurtre, d'étranges similitudes lui rappellent une affaire de crimes en série qu'il n'a pu résoudre vingt ans plus tôt, au début de sa carrière. Son seul témoin est Hélène Batistelli (Mélanie Thierry). Kemp tente à nouveau d'empêcher les meurtres d'avoir lieu, mais un jeune flic lui complique la tâche... lui-même en 1989. Il recroisera aussi Hélène, autrement. Pour son premier film, Germinal Alvarez livre un polar sous tension à l'esthétique ultra soignée. "L'autre vie de Richard Kemp" est aussi servi par un duo d'acteurs efficace et un scénario solide, réussissant à rendre réalistes les aller-retour entre le temps présent et passé.

- "After Earth" de M. Night Shyamalan (USA, 1H40) avec Jaden Smith, Will Smith, Sophie Okonedo - Après un atterrissage forcé, Kitai Raige et son père, Cypher, se retrouvent sur Terre, mille ans après que l'humanité a été obligée d'évacuer la planète, chassée par des événements cataclysmiques. Cypher est grièvement blessé, et Kitai s'engage dans un périple à haut risque pour signaler leur présence et demander de l'aide.

- "The Iceman" de Ariel Vromen (USA, 1H45) avec Michael Shannon II, James Franco, Chris Evans - Richard Kuklinski est un tueur à gages condamné pour une centaine de meurtres commandités par différentes organisations criminelles new-yorkaises. Menant une double vie pendant plus de vingt ans, ce pur modèle du rêve américain vivait auprès de sa superbe femme, Deborah Pellicotti, et de leurs enfants, tout en étant secrètement un redoutable tueur professionnel. Lorsqu'il fut finalement arrêté par les fédéraux en 1986, ni sa femme, ni ses filles, ni ses proches ne s'étaient doutés un seul instant qu'il était un assassin.

- "Pop Redemption" de Martin Le Gall (France, 1H34) avec Julien Doré, Grégory Gadebois, Jonathan Cohen - Chaque été, depuis leur adolescence, les Dead MaKabes s'offrent une tournée d'été : quelques concerts dans des festivals du fin fond de l'Europe. Mais, pour ces quatre copains, la crise de la trentaine couve et cette semaine de récréation risque bien d'être la dernière.

- "Chroniques d'une cour de récré" de Brahim Fritah (France, 1H25) avec Yanis Bahloul, Rocco Campochiaro, Vincent Rottiers - Pierreffite-sur-Seine, 1980. Brahim, 10 ans, habite avec sa famille dans l'usine de construction de grues dont son père, d'origine marocaine, est le gardien. Les films à la télé, la cour de l'usine, celle de l'école, les potes, constituent son univers. Un royaume apparemment aussi immuable que la vieille grue qui nourrit son imaginaire jusque dans ses rêves, la nuit.

- "Oh Boy" de Jan Ole Gerster (Allemagne, 1H28) avec Tom Schilling, Friederike Kempter, Marc Hosemann - Niko, Berlinois presque trentenaire, éternel étudiant et rêveur incorrigible, s'apprête à vivre les vingt-quatre heures les plus tumultueuses de son existence : sa copine se lasse de ses indécisions, son père lui coupe les vivres et un psychologue le déclare émotionnellement instable.

- "La fille du 14 juillet" de Antonin Peretjatko (France, 1H28) avec Vimala Pons, Grégoire Tachnakian, Vincent Macaigne - Pour son premier long métrage, "La fille du 14 juillet", le Français Antonin Peretjatko propose un road-movie impertinent et foutraque sur fond de crise, où gouvernants, institutions et Europe en prennent pour leur grade. Hector, un rien timide, a rencontré Truquette, plus délurée, au Louvre un 14 juillet. Depuis il n'a qu'une idée en tête, la retrouver et l'emmener à la mer.

- "Millefeuille" de Nouri Bouzid (France/Tunisie, 1H45) avec Aahram Aloui, Lofti Ebdelli - L'une porte le voile, l'autre pas. Accessoire pour elles, cette question ne l'est pas pour leurs proches : avec "Millefeuille", le réalisateur tunisien Nouri Bouzid parle de la révolution tunisienne de 2011, vécue de l'intérieur par ces femmes qui incarnent le combat pour la liberté individuelle face aux carcans d'une société en plein désarroi. Le titre du film, qui en français évoque une pâtisserie, renvoie autant aux plis du hijab (voile) qu'au salon de thé où les deux "héroïnes", Zaineb (Nour Mziou) et Aïcha (Souhir Ben Amara) travaillent.

- "Shokuzai, celles qui voulaient oublier" de Kiyoshi Kurosawa (Japon, 2H28) avec Kyôko Koizumi, Sakura Ando, Chizuru Ikewaki - Quatre fillettes sont témoins du meurtre d'Emili, leur camarade de classe. Incapables de se souvenir du visage du tueur, elles sont menacées de pénitence par Asako, la mère de la disparue.

- "D'Acier" de Stefano Mordini (Italie, 1H35) avec Michele Riondino, Vittoria Puccini, Anna Bellezza - Il y a la Méditerranée, la lumière, l'île d'Elbe au loin. Ce n'est pas un lieu de vacances. C'est une terre sur laquelle ont poussé brutalement les usines et les barres de béton. Anna et Francesca, bientôt quatorze ans, sont les souveraines de ce royaume cabossé. Ensemble, elles rêvent d'évasion et parient sur une amitié inconditionnelle pour s'emparer de l'avenir.

- "Diaz - Un crime d'État" de Daniele Vicari (Italie, 2H01) avec Claudio Santamaria, Jennifer Ulrich, Elio Germano - En 2001, pendant la dernière journée du G8 de Gênes, plus de 300 policiers prennent d'assaut l'école Diaz, à la recherche des militants du Black Bloc. Dans l'établissement se trouvent quatre-vingt-dix activistes, dont la plupart sont des étudiants européens accompagnés de quelques journalistes étrangers, qui s'apprêtent à passer la nuit à même le sol de l'école.

- "Rue des Cités" de Carine May, Hakim Zouhani (France, 1H08) avec Tarek Aggoun, Mourad Boudaoud, Presylia Alves - Adilse a 20 ans. Il vit en banlieue. Sa vie se déroule sur le bitume, entre retapes de scooters et glandouille avec son meilleur pote. Ce jour-là, son grand-père disparait.

- "Avec nos yeux" de Marion Aldighieri (France, 1H31, documentaire) avec Emmanuelle Laborit, Chantal Liennel, Bachir Saïfi - Un voyage dans le monde des sourds. Cette chronique, filmée sur plusieurs années, suit le combat de la compagnie d'acteurs sourds, l'International Visual Theatre, et de son actrice emblématique, Emmanuelle Laborit.

- "Ainsi squattent-ils" de Marie Maffre (France, 1H30, documentaire) - Dans les pas du collectif Jeudi Noir à travers son combat pour le logement, alors que des milliers et des milliers de mètres carrés restent inoccupés.

- "Not in Tel-Aviv" de Nony Geffen (Israël, 1H21) avec Nony Geffen, Romi Aboulafia, Yaara Pelzig - Quand un enseignant refoulé perd son emploi, il décide de tout emporter dans sa chute. En quelques jours, il kidnappe une jeune étudiante, reprend contact avec son amour de lycée, pardonne un vieil ami, tue sa mère, défie un groupe de féministes, une vedette de cinéma, la police et les conventions étouffantes de son insipide petite ville.

- "À bas bruit" de Judith Abitbol (France, 1H43, documentaire) avec Nathalie Richard - L'histoire d'une amitié entre une bouchère et une cinéaste: toutes deux créent, mais pas pour les mêmes raisons.

- "Liberté chérie" de Mika Gianotti (France, 55 minutes, documentaire) - "Liberté chérie" entraîne le spectateur dans sa liberté de penser. À travers les questionnements de quelques individualités, le film s'interroge sur la fin de vie et sur les limites acceptées d'une vieillesse dégradée.

- "Mère Jeanne des Anges" de Jerzy Kawalerowicz (Pologne, 1H50, documentaire) avec Lucyna Winnicka, Mieczyslaw Voit, Anna Ciepielewska - Une adaptation de la célèbre affaire des possédées de Loudun. Dans un petit couvent féminin, toutes les soeurs ainsi que la Mère Supérieure ont été, selon la rumeur publique, possédées par les démons.

jfg-bur/dab/bw

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant