Les femmes de chambre du Hyatt lancent une grève illimitée

le
0
Les femmes de chambre du Hyatt lancent une grève illimitée
Les femmes de chambre du Hyatt lancent une grève illimitée

Ils comptent le même nombre d'étoiles, 5, appartiennent à la même chaîne de luxe, Hyatt, et sont situés à 2 km l'un de l'autre dans les beaux quartiers de Paris. Ce matin, la même grève réunira le Hyatt Madeleine et le Hyatt Vendôme. Dès 8 heures, une petite centaine de femmes de chambre cesseront le travail pour occuper le trottoir de la rue de la Paix (II e), devant le Hyatt Paris Vendôme. Suivies par une trentaine d'autres devant le Hyatt Madeleine (VIII e) -- déjà secoué par une grève en 2013.

Obtenir une mutuelle

Discrètes et silencieuses, ces salariées vêtues en noir et blanc, employées par des entreprises sous-traitantes, nettoient quotidiennement les chambres et entament un mouvement de grève illimité à l'appel de la CGT pour demander leur internalisation -- en clair, leur embauche au sein de l'hôtel -- et l'arrêt de la sous-traitance, qui contribue selon elles à leurs mauvaises conditions de travail.

Parmi leurs autres revendications, la fin du paiement à la chambre, pratique courante et illégale, mais aussi l'installation de pointeuses pour les heures supplémentaires, la prise en compte des temps d'habillage et encore la mise en place d'une mutuelle santé. « Au Georges-V ou au Bristol, une femme de chambre gagne jusqu'à 2 200 ¤ par mois, alerte Claude Levy, président de la CGT des hôtels de prestige et économiques. Chez Hyatt, c'est à peine 1 200 ¤. Au Hyatt Vendôme, il y a des suites à 10 000 ¤. La nuitée correspond au salaire annuel de ces femmes ! »

En France, nombreux sont les hôtels qui fonctionnent encore avec des sous-traitants. En mai 2014, ce petit monde a été secoué lorsque le 2 e groupe, Louvre Hotels Group (500 filiales dont Campanile et Kyriad), a signé une charte avec la CGT et la CFTC pour mieux cadrer tout cela. « Selon qu'elles soient employées par un sous-traitant ou par l'hôtel lui-même, les femmes de chambre évoluent dans deux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant