Les femmes dans les conseils d'administration : le plafond de verre demeure

le
0
(NEWSManagers.com) - Alors qu' en Europe, les femmes composent 45% de la main d'?uvre et plus de la moitié des diplômées de l'université, elles ne représentent que 11% de la population cadres, 3 % des présidents des entreprises cotées les plus importantes et moins de 11 % des administrateurs. En réalité, la question n'est pas " femme" ou " homme" , mais comment réussir à faire travailler ensemble les femmes et les hommes dans les prises de décision. Les entreprises auraient donc une vision masculine du monde dans laquelle la notion de genre n' existe pas, ne laissant ainsi aucunement la possibilité aux femmes d' exprimer leur spécificité. Et, pourtant dans une étude de 2010, les cadres interrogés reconnaissaient à 72%, le lien étroit entre le genre et la réussite dans les affaires.
Fort de ce constat, Deloitte Touche Tohmatsu Limited a observé les efforts réalisés dans douze pays sur la question de la présence des femmes dans les conseils d' administration. Ainsi ce nouveau rapport du Deloitte Global Center for Corporate Governance intitulé: " Women in the boardroom: A global perspective" compare-t-il les initiatives par pays à travers le monde. Les entreprises et le législateur s' inquiétant de plus en plus de la persistance dans le temps du déséquilibre au sein de ces organes de direction - et ce même si les choses ont légèrement évolué ces dernières années - un certain nombre de pays ont décidé d' instaurer des quotas de sièges minimum réservés aux femmes pour remédier à cette situation.
L'exemple de la France est à ce titre emblématique de la situation globale. Depuis juillet 2008, la modification de la constitution permet l' égal accès des femmes et des hommes, outre aux mandats électoraux et fonctions électives, aux responsabilités professionnelles et sociales. A la suite de cette modification, en mai 2009, deux parlementaires, Marie-Jo Zimmermann et Jean-François Copé, proposaient de modifier le régime des quotas afin de faciliter la représentation des femmes aux conseils d' administration des entreprises cotées, avec deux mesures principales : la proportion de femmes et d' hommes directeurs d' entreprises cotées ne doit pas être au-dessous de 40% et les entreprises cotées auraient 6 ans pour respecter la loi pour atteindre les 40% et 3 ans pour une proportion de 20%.

En avril 2010, l' Afep et le Medef recommandaient aux entreprises cotées de réexaminer l' équilibre des Conseils d' Administration et de Surveillance afin d' atteindre les objectifs exposés précédemment. Adoptée par le Parlement en janvier dernier, la loi devrait désormais éviter les faibles résultats observés, car la part des femmes dans les conseils d' administration des entreprises du CAC40 est actuellement de 15% et de 9.5% parmi une sélection de 103 entreprises cotées.
Pourtant, depuis 25 ans, l' écart ne cesse de se creuser entre les femmes et les hommes en matière d' études. En 1984, seulement 19 % des garçons et 20 % des filles possédaient un diplôme de l' enseignement supérieur. En 2008, 37% des garçons sont diplômés, contre 51 % des filles. En outre, 48 % des jeunes filles occupaient une profession intermédiaire ou un emploi de cadre, contre 43 % des garçons. Commençant à tirer profit de leur réussite scolaire, les filles accèdent désormais plus facilement à des emplois qualifiés grâce à leur niveau de formation plus élevé.


info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant