Les Femen, peu inquiétées après leur interpellation

le
0
La polémique enfle. Après leur interpellation, elles ont été relâchées dans la foulée, sans garde à vue alors que les faits sont punissables.

Après avoir créé la polémique sur le fond de leur action, en entrant dénudées dans la nef de Notre-Dame de Paris, c'est aujourd'hui sur la forme de leur interpellation que se font jour de nombreuses réactions.

Une fois évacuées par le service d'ordre de la cathédrale, les huit activistes Femen -une Ukrainienne et sept Françaises- ont été conduites par les forces de police «au central 4» (commissariat du IVème arrondissement, NDLR), «simplement pour la forme», confirme une source de la Préfecture de police de Paris, pour «vérifier leurs papiers d'identité» et «elles ont été relâchées dans la foulée, sans garde à vue».

Les faits sont pourtant tous des délits punissables par la loi, tant du point de vue civil que pénal. «Exhibition sexuelle dans un lieu accessible au public» (article 222-32 du code pénal), «att...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant