Les fausses craintes liées aux épidémies du passé

le
0
Des conditions de vie et d'environnement différentes obligent les virus à s'adapter. Certains disparaissent sous l'effet de la vaccination alors que d'autres deviennent très actifs du fait de mutations.

Virus et bactéries étant sur Terre bien avant l'arrivée de l'homme, il n'y a au­cune raison qu'il n'y en ait pas encore aujourd'hui. Si certains virus ne font quasi plus parler d'eux - comme le virus de la variole ou celui de la poliomyélite -, c'est grâce à la vaccination massive des populations et à leur meilleur état de santé (les grandes famines qu'ont vécues nos ancêtres les avaient bien affaiblis).

À l'inverse, si d'autres virus se manifestent sous la forme d'épidémies - comme la rougeole dernièrement -, c'est parce que le niveau de vaccination des populations n'est pas assez élevé pour stopper la contagion ou encore parce qu'il n'existe pas de vaccin efficace à 100 % (cas de la grippe hivernale).

Faut-il pour autant craindre un remake de la grippe espagnole avec ses 40 millions de morts au cours de l'hiver de 1918-1919? Pour le Pr Stahl (CHU Grenoble), c'est peu probable. «À la différence du fameux hiver 1918, nous ne sortons pas d'une guerre mondiale -

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant