Les Farc reconnaissent avoir enlevé un général colombien

le
0

LA HAVANE, 18 novembre (Reuters) - Les rebelles marxistes des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) ont admis mardi dans un communiqué détenir un général de l'armée colombienne dont l'enlèvement a conduit le président colombien à suspendre les négociations de paix à La Havane. Le général Ruben Dario Alzate, en poste dans la région de Choco, sur le Pacifique, a été capturé dimanche en compagnie d'un avocat et d'un autre officier à proximité de la ville de Quibdo. "Les trois (hommes) ont été capturés par nos unités parce qu'il y avait parmi eux des soldats ennemis qui exerçaient leurs fonctions dans une zone de guerre", ont expliqué les Farc. Le groupe rebelle, qui négocie depuis deux ans avec Bogota pour mettre fin à un conflit qui a fait plus de 200.000 morts en un demi-siècle, dit s'étonner de la décision du président Juan Manuel Santos de suspendre les pourparlers, une initiative qu'il qualifie dans un second communiqué d'"impulsive". Il appelle les autorités colombiennes à revenir à la table des négociations et présente l'enlèvement du général comme une preuve supplémentaire de la nécessité d'une trêve. Les combats se sont poursuivis depuis le début du processus de paix et si les Farc se sont engagées à ne plus kidnapper de civils pour obtenir des rançons, elles disent considérer les cibles militaires comme légitimes tant qu'un cessez-le-feu n'aura pas été conclu. "A chaque jour qui passe, la stratégie (du gouvernement) qui consiste à négocier sous le feu devient plus absurde", accuse le groupe marxiste. (Rosa Tania Valdes; Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant