Les familles des otages au Niger en colère

le
0
Après la libération d'otages en avril, les proches des quatre Français toujours retenus, estiment être victimes d'un «deux poids, deux mesures» de la part des autorités françaises.

«Quand on veut...on peut» écrivent les familles des quatre Français enlevés en septembre 2010 dans le Nord du Niger par al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi). Après la libération en avril de deux humanitaires en Afghanistan et de la famille Moulin-Fournier enlevée au Cameroun, les familles des otages français au Niger s'impatientent. «Nous attendons que l'État fasse preuve d'efficacité pour renouer les contacts et négocier avant qu'il ne soit trop tard», écrit René Robert, le grand-père de Pierre Legrand. Il appelle également à participer à une manifestation de soutien, samedi à Nantes.

Pierre Legrand, Thierry Dol, Daniel Larribe et Marc Féret ont été enlevés le 16 septembre 2010 à Arlit, dans le nord du Niger, sur un site de traitement d'uranium d'Areva. En janvier, Laure...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant