Les failles du dispositif des emplois d'avenir

le
2
La cible des 100.000 contrats pourvus sera atteinte en fin d'année sans profiter aux jeunes de banlieues sensibles.

C'était une des promesses de François Hollande pendant sa campagne, un de ses marqueurs à gauche: la création d'emplois d'avenir, un nouveau contrat aidé destiné aux jeunes peu qualifiés, assorti d'une formation et s'inspirant des «emplois jeunes» de la fin des années 1990. L'objectif était clair: atteindre 100.000 emplois fin 2013, pour aider le président à tenir son engagement d'inverser la courbe du chômage en fin d'année. «La barre est haute, mais franchissable», conclut un rapport issu du travail de six députés de droite et de gauche, mais non voté par l'UMP.

Après un démarrage lent, le rythme s'est accéléré pour tourner à 500 prescriptions par jour. De quoi atteindre le cap, sachant que 55.000 contrats étaient signés début septembre. Il faut dire que les employeurs - collectivités locales, État, hôpitaux, associations, entreprises - n...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le mercredi 18 sept 2013 à 22:08

    @dcouplet Eh bien le moutontribuable bien sûr! C'est aussi ça le changement!

  • dcouplet le mercredi 18 sept 2013 à 21:26

    Confirmation, coût 3 milliards en 2014, nous serons bien à 10 milliards sur l'ensemble du dispositif. Qui paie ???