Les factions libyennes signent l'accord de paix de l'Onu

le
0
 (Actualisé avec citations, précisions) 
    SKHIRAT, Maroc, 17 décembre (Reuters) - Des représentants 
des factions libyennes rivales ont signé jeudi un accord élaboré 
par les Nations unies qui prévoit notamment la formation d'un 
gouvernement d'union nationale dont les pays occidentaux 
espèrent qu'il pourra contrer l'influence croissante du groupe 
Etat islamique (EI). 
    Quatre ans après la chute de Mouammar Kadhafi, la Libye est 
divisée entre un gouvernement autoproclamé à Tripoli et le 
gouvernement reconnu par la communauté internationale qui a 
trouvé refuge dans l'Est, près de la frontière égyptienne. 
    Ces deux entités sont soutenues par d'anciens rebelles et 
des milices qui ont fait plonger le pays dans le chaos, ce dont 
a profité l'EI pour s'implanter, notamment autour de la ville de 
Syrte. 
    L'accord négocié par l'Onu est loin de faire l'unanimité et 
sa mise en oeuvre s'annonce compliquée, vu qu'il a été rejeté 
par les chefs des deux parlements rivaux et par les tenants de 
la ligne dure dans les deux camps. 
    "La porte reste grande ouverte pour ceux qui n'étaient pas 
présents aujourd'hui", a déclaré l'émissaire des Nations unies, 
Martin Kobler, pendant la cérémonie de signature dans la ville 
marocaine de Skhirat. 
    "La signature de l'accord politique n'est qu'une première 
étape", a-t-il souligné. 
    Le document confie à un conseil présidentiel de neuf membres 
la mission de désigner dans un délai d'un mois un gouvernement 
d'union nationale que le Conseil de sécurité de l'Onu devra 
appuyer par l'adoption d'une résolution. 
    La Chambre des représentants reconnue par la communauté 
internationale deviendra le principal organe législatif tandis 
qu'un Conseil d'Etat aura un rôle consultatif. 
 
 (Aziz el Yaakoubi; Tangi Salaün pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant