Les fabricants de jouets lorgnent aussi les adultes

le
0
Les fabricants de jouets lorgnent aussi les adultes
Les fabricants de jouets lorgnent aussi les adultes

Poupées de collection, avions télécommandés grâce à un smartphone, figurines haut de gamme... L'industrie du jouet cible de plus en plus les adultes, un pari malin sur fond de vieillissement de la population, notamment en Asie.Les avancées technologiques permettent l'entrée des drones dans le monde des jouets, comme le montrent des machines volantes équipées de caméras à infra-rouge et à vision nocturne, et dirigées via une application sur smartphone. Des objets conçus principalement pour les adultes."Les +enfadultes+ ne sont pas définis par leur âge, ils se définissent par leur attitude", déclare Kenes Cheung, directeur du développement chez E-Supply International, basé à Hong Kong, qui fabrique ce type de véhicules distribués par de grandes chaînes, comme Toys "R" Us."On voit de plus en plus de produits pour des joueurs plus âgés (que les enfants), qui ont un smartphone", renchérit Christopher Byrne, qui travaille chez timetoplaymag.com, un site internet consacré à l'industrie du jouet."Les hommes notamment ont ce besoin fondamental de jouer, ils ne s'en lassent jamais vraiment", ajoute-t-il lors du Salon des jouets et des jeux qui s'est tenu cette semaine à Hong Kong, un des plus importants au monde.Ces jouets technologiques représentent un segment croissant pour l'industrie, soulignent les experts du secteur, rappelant la nécessité pour les fabricants, notamment en Asie, de trouver de nouveaux clients en raison des faibles taux de natalité dans des pays comme le Japon ou la Corée du Sud.Et en plus, "ces consommateurs sont dotés d'un fort pouvoir d'achat", indique Wenda Ma, économiste au Conseil de développement du commerce de Hong Kong, qui accueille les 2.900 exposants de la foire, venus des quatre coins du monde.Parmi les "jouets" prisés des collectionneurs figurent les figurines haut de gamme, des répliques d'armes à feu et les petites voitures."Il n'y a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant