Les exportations japonaises en baisse de 10% en avril

le
0
 (Complété avec des précisions, citation d'économiste) 
    TOKYO, 23 mai (Reuters) - Les exportations du Japon ont subi 
en avril leur plus forte baisse depuis trois mois, pénalisées 
par l'appréciation du yen et une demande extérieure freinée par 
le ralentissement chinois et d'autres économies émergentes, ce 
qui laisse présager des perspectives de croissance en berne au 
deuxième trimestre. 
    Les exportations ont reculé de 10,1% le mois dernier par 
rapport au même mois de 2015, selon les statistiques publiées 
lundi par le ministère des Finances. Ce recul est conforme avec 
les prévisions des économistes mais il marque une dégradation 
après la baisse de 6,8% du mois de mars. 
    La baisse d'avril est la septième en autant de mois et la 
plus importante depuis celle de 12,9% en janvier, quand les 
échanges avec l'Asie avaient fortement ralenti à l'approche du 
Nouvel An lunaire. 
    Les séismes du mois dernier dans le sud de l'archipel, en 
perturbant notamment la production automobile, ont amplifié le 
recul des exportations mais l'appréciation du yen et la 
faiblesse de la demande internationale ont aussi pesé. 
    "La baisse des exportations automobiles vers les Etats-Unis, 
c'est de l'écume", commente Takeshi Minami, chef économiste au 
Norinchukin Research Institute. "L'Asie et l'économie mondiale 
restent faibles et le yen fort réduit les marges des 
exportateurs, les empêchant d'augmenter les salaires ou leurs 
investissements." 
    Les importations ont chuté de 23,3% en avril sur un an, 
reflétant non seulement la faiblesse des prix des matières 
premières mais aussi une demande intérieure qui reste atone. 
    Les exportations vers la Chine, principal partenaire 
commercial du Japon, ont baissé de 7,6% le mois dernier et 
celles vers les Etats-Unis de 11,8%. 
    Les exportations vers l'Asie ont reculé de 11,1% mais celles 
vers l'Union européenne ont progressé de 9,9%.     
    L'excédent commercial s'est élevé à 823,5 milliards de yens 
(7,48 milliards d'euros), près du double de l'estimation médiane 
des économistes qui était de 492,8 milliards de yens. 
 
 (Tetsushi Kajimoto; Julie Carriat et Véronique Tison pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant