Les exportations allemandes vers l'Iran progressent fortement

le
0

BERLIN, 4 novembre (Reuters) - Les exportations allemandes vers l'Iran ont bondi de près de 33% au cours des huit premiers mois de 2014 avec l'allègement des sanctions occidentales contre la République islamique dans le cadre de l'accord intérimaire sur le programme nucléaire iranien, montrent des statistiques consultées par Reuters. L'Allemagne, première économie d'Europe, est traditionnellement le principal partenaire commercial de l'Iran au sein de l'Union européenne. Les données de l'Office de la statistique que Reuters a consultées montrent que les exportations vers l'Iran ont augmenté de 32,7% à 1,6 milliard d'euros au cours des huit premiers mois de 2014 par rapport à la même période de l'année dernière. En 2013, elles s'étaient effondrées de 26% après une chute de plus de 18% les deux années précédentes. Si le montant reste faible, cette statistique constitue une bonne nouvelle dans un contexte morose pour une économie allemande tournée vers les marchés extérieurs, qui pâtit d'une croissance mondiale modeste et des difficultés de ses partenaires de la zone euro. Les exportations allemandes souffrent en outre des sanctions décrétées contre la Russie en raison de la crise en Ukraine. L'Iran et le groupe P5+1, dont fait partie l'Allemagne avec les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu, ont conclu en novembre 2013 un accord provisoire sur un allègement des sanctions contre Téhéran en échange d'une limitation par la République islamique de son programme nucléaire. Ils ont fixé au 24 novembre prochain la date-butoir pour parvenir à un accord définitif. "Ces mesures relativement modestes ont agi comme un levier déclenchant un mouvement plus vaste", a déclaré Jens Nagel, de la Fédération allemande du commerce de gros, du commerce extérieur et des services (BGA). "L'économie allemande en particulier pourrait profiter d'un assouplissement (des sanctions)", a-t-il ajouté, en évoquant une demande en Iran pour les machines-outils, les véhicules et les produits chimiques allemands. Plusieurs grands groupes allemands, tels Siemens SIEGn.DE , ont dû réduire leurs activités en Iran en raison des sanctions. Parmi les autres entreprises ayant des intérêts en Iran, on trouve Bayer BAYGn.DE , RWE RWEG.DE ou E.ON EONGn.DE . (Rene Wagner; Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant