Les exportations allemandes reculent mais 2011 reste solide

le
0
RECUL DES EXPORTATIONS ALLEMANDES EN DÉCEMBRE MAIS 2011 RESTE SOLIDE
RECUL DES EXPORTATIONS ALLEMANDES EN DÉCEMBRE MAIS 2011 RESTE SOLIDE

par Sarah Marsh

BERLIN (Reuters) - Les exportations allemandes ont accusé en décembre leur repli le plus marqué en près de trois ans, signe que la première économie de la zone euro a lourdement pâti, au trimestre dernier, des répercussions de la crise de la dette.

Mais les chiffres du Bureau fédéral de la statistique montrent aussi que les exportations ont atteint un niveau record sur l'ensemble de l'année 2011, et, à en croire les derniers indicateurs prévisionnels, l'économie allemande est de nouveau sur les rails après une brève contraction.

"Au début de l'année, les perspectives pour l'économie allemande sont meilleures, tandis que l'économie mondiale reprend de l'élan et que l'incertitude entourant la crise de la dette s'atténue", analyse Ulrike Rondorf, économiste de Commerzbank.

L'euro atteignait mercredi des pics de plusieurs semaines face au dollar et au yen, les investisseurs espérant voir la Grèce consentir aux mesures d'austérité exigées en contrepartie d'un second plan de sauvetage.

En données corrigées des variations saisonnières, les exportations allemandes ont reculé de 4,3% en décembre, leur repli le plus marqué depuis janvier 2009. Les économistes interrogés par Reuters attendaient en moyenne une baisse de seulement 1,0%.

L'excédent commercial s'est tassé à 13,9 milliards d'euros, après 14,9 milliards (chiffre révisé) le mois précédent et 14,0 milliards attendus.

ÉCLAIRCIE EN VUE

L'économie allemande, tournée vers l'exportation, s'est rapidement remise de la crise financière de 2008-2009 mais les troubles budgétaires de la zone euro et le ralentissement économique mondial ont assombri ses perspectives de croissance.

Une première estimation officielle fait état d'une contraction de 0,25% du produit intérieur brut (PIB) allemand au quatrième trimestre et les indicateurs économiques de décembre ont été plus mauvais encore que redouté.

La production industrielle a subi en décembre sa plus forte baisse depuis début 2009, décevant lourdement les attentes.

Les économistes misaient sur la demande intérieure pour soutenir l'économie et anticipaient des importations en hausse de 0,6% en décembre, mais celles-ci ont chuté de 3,9%.

L'excédent commercial de l'Allemagne atteint toutefois 158,1 milliards d'euros en 2011, après 154,9 milliards en 2010.

Ceci contraste fortement avec le déficit commercial de la France, qui a atteint l'an dernier un niveau record de 69,6 milliards d'euros.

Les enquêtes économiques prévisionnelles suggèrent en outre que le passage à vide de l'économie allemande sera de courte durée.

Le climat des affaires s'est amélioré en janvier pour le troisième mois d'affilée, tandis que la confiance des ménages à l'horizon du mois de février a grimpé contre toute attente à son plus haut niveau depuis dix mois.

Sur l'ensemble de l'année 2011, les exportations allemandes dépassent les 1.000 milliards d'euros. Et la tendance est à la hausse: les commandes de biens industriels ont grimpé de 1,7% en décembre, malgré l'érosion de la demande provenant de la zone euro sur fond de crise de la dette.

"Avec la crise financière de 2008, l'importance des différents marchés d'export de l'Allemagne a quelque peu évolué, l'Europe déclinant légèrement et le reste du monde gagnant en importance", commente Anton Börner, directeur du regroupement industriel BGA.

Sarah Marsh, avec Brian Rohan et Rene Wagner; Natalie Huet pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant