Les experts russes jugent naturelle la mort de Yasser Arafat

le
2
LES EXPERTS RUSSES ÉCARTENT LA THÈSE DE L'EMPOISONNEMENT POUR LA MORT D?ARAFAT
LES EXPERTS RUSSES ÉCARTENT LA THÈSE DE L'EMPOISONNEMENT POUR LA MORT D?ARAFAT

MOSCOU (Reuters) - Yasser Arafat est mort de causes naturelles et non d'un empoisonnement au polonium, selon les experts légistes russes qui ont examiné des échantillons de la dépouille de l'ancien dirigeant palestinien, a rapporté jeudi l'agence Interfax.

Ce jugement a été contesté par les dirigeants palestiniens, qui ont évoqué une "conclusion politisée" et se sont engagés à poursuivre leur propre enquête.

Selon l'agence, les conclusions de l'équipe russe correspondent à celles annoncées au début du mois par des experts français, qui ont aussi jugée naturelle la mort en 2004 de Yasser Arafat.

Une troisième équipe, suisse, s'est elle refusée à exclure l'hypothèse d'un empoisonnement au polonium et a estimé qu'une enquête judiciaire était justifiée, sans toutefois émettre de certitude.

"Yasser Arafat n'est pas mort des effets de radiations, mais de causes naturelles" a dit Vladimir Ouiba, à la tête de l'Agence fédérale médico-biologique.

Interfax avait déjà rapporté de tels propos en octobre, mais l'Agence les avaient démenti officiellement et s'était contentée de préciser qu'elle avait remis ses conclusions au ministère des Affaires étrangères.

Yasser Arafat est mort à l'âge de 75 ans après une courte et mystérieuse maladie le 11 novembre 2004 à l'hôpital militaire Percy, à Clamart (Hauts-de-Seine), où il avait été transféré avec l'accord d'Israël qui l'isolait jusqu'alors dans son QG de Ramallah.

"Comme pour le rapport français sur sa mort, il s'agit d'une conclusion politisée. La vérité se trouve à l'hôpital Percy", a déclaré Ouasel Abou Youssef, l'un des dirigeants de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP).

"Je peux seulement dire que la décision a déjà été prise de continuer (l'enquête)", a dit de son côté l'ambassadeur de l'Autorité palestinienne à Moscou, Faed Moustafa, cité par l'agence de presse russe RIA.

Steve Gutterman, avec Ali Sawafta à Ramallah; Julien Dury et Pascal Liétout pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • manx750 le jeudi 26 déc 2013 à 17:27

    @chraleco : et les Français ? ona beaucoup dit aussi qu'il avait souffert d'une maladie à la mode dpuis les années 80...

  • charleco le jeudi 26 déc 2013 à 16:41

    Si les russes prétendent qu'il n'a pas été empoisonné, c'est qu'il faut comprendre l'inverse.