Les Experts ont rendez-vous avec l'histoire

le
0
Les Experts ont rendez-vous avec l'histoire
Les Experts ont rendez-vous avec l'histoire

France 2, 19 heures

 

« Qu'a-t-elle de si particulier, cette finale ? Eh bien, ce sera la dernière pour moi aux Jeux olympiques ! » L'art de la pirouette. Comme ses joueurs, Claude Onesta élude dans un sourire la question. Ce soir (19 heures), face au Danemark, l'équipe de France et son sélectionneur disputeront en effet bien plus qu'une troisième finale olympique consécutive. Face à Mikkel Hansen, ravi de « retrouver (s)es coéquipiers de Paris » et qui s'attend à un match « super difficile », les Experts jouent carrément leur entrée dans la légende. En cas de victoire, ils seraient les premiers à franchir les portes de ce Panthéon du sport français avec trois titres consécutifs. L'escrimeur Jean-François Lamour (2 or, 1 bronze), le céïste Tony Estanguet (3 or en quatre participations), l'athlète Marie-José Pérec (2 or 400 m, 1 or 200 m en deux participations) ou le judoka David Douillet (2 or, 1 bronze) s'en sont approchés sans y parvenir.

 

« Il y a deux obstacles majeurs dans la quête d'un troisième titre de rang, glisse le sabreur Jean-Français Lamour, sacré en 1984 et Séoul 1988 avant de décrocher le bronze en 1992. Le premier est d'ordre physique. A vos troisièmes Jeux, l'accumulation de toutes les années d'entraînement pèse bien plus lourd sur les épaules que lors de vos premiers. A 36 ans, comme ce fut le cas pour moi, on sent qu'on est parfois un peu justes. Là, vous comprenez vite la signification du mot récupération. La deuxième est liée à la motivation. Ce n'est pas simple de se remettre en question et de se comporter comme un outsider quand on a déjà décroché deux fois l'or. »

 

Comme l'explique le triple médaillé d'or (2000, 2004 et 2012) de canoë, Tony Estanguet, « on a tendance à minimiser les doutes et à se dire qu'on saura gérer les faiblesses puisqu'on l'a déjà fait. Et, souvent, l'entourage ne vous aide pas. En voulant vous rassurer, il vous ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant