Les experts critiquent le blocage des sites jihadistes

le
0
Les experts critiquent le blocage des sites jihadistes
Les experts critiquent le blocage des sites jihadistes

"Inutile", "contre-productif", "complètement dépassé": les experts en cybersécurité n?avaient pas de mots assez durs mardi contre le blocage par le gouvernement français de cinq sites jihadistes, selon eux un pur effet d'annonce sans le moindre impact sur la propagande terroriste.Comme le permet désormais la loi, le ministère de l'Intérieur a demandé aux grands fournisseurs d'accès internet de bloquer ces sites pour apologie du terrorisme. Les internautes sont redirigés vers une page d'avertissement ou une mention de "site inaccessible". Efficacité zéro, selon les experts, car de nombreuses techniques de contournement existent, sans besoin de grandes connaissances techniques : consultation du contenu dans la mémoire de Google, utilisation de réseaux qui permettent de surfer anonymement, modification des paramètres d'accès internet ou encore consultation de sites "miroirs" qui se font connaître par les réseaux sociaux."Non seulement tous ces sites étaient peu influents, mais les comptes Twitter de l?État islamique sont toujours actifs. La propagande passe par les réseaux sociaux, pas par les sites. Et le gouvernement n'a aucune prise sur Twitter", souligne le journaliste David Thomson, auteur de "Les Français jihadistes" (2014)."Il est impossible aujourd'hui d'empêcher la propagande jihadiste sur internet. La loi sur le blocage des sites provient d'une analyse de la situation d'il y a trois ans. Elle n'est plus du tout la même avec les réseaux sociaux", affirme-t-il.- "Logique de sensibilisation" - "Depuis cet été, Twitter, Facebook ou Youtube censurent davantage ces sites mais pour les jihadistes c'est devenu un argument de propagande. Certains comptes Twitter se sont fait censurer plus de cent fois. Quand un compte est désactivé, un autre renaît aussitôt. La cyber-propagande est là, il faut vivre avec", conclut-il."Ce blocage ne ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant