Les ex-soldats japonais veulent un AOC pour l'expression "kamikaze"

le
0
Des avions japonais lors de la Seconde Guerre mondiale. 
Des avions japonais lors de la Seconde Guerre mondiale. 

Aucune idéologie commune entre les kamikazes de la Seconde Guerre mondiale et les auteurs d'attentats terroristes. C'est, en substance, le message qu'ont souhaité passer dans le journal Tokyo Shimbun d'anciens soldats japonais. Repris par Courrier International, l'article s'emploie à expliquer ce qui a poussé, en décembre 1941, des soldats japonais à foncer sur Pearl Harbor à bord de leurs avions. À l'origine, le terme kamikaze tokubetsu kogekitai, ou « troupes spéciales du vent divin », fait « référence à une tempête qui aurait repoussé à plusieurs reprises les envahisseurs mongols au XIIIe siècle », selon le magazine.

Ce n'est qu'après la guerre de 39-45 que le mot est entré dans le langage courant pour désigner des avions venus s'écraser sur leurs adversaires. « À l'époque, nous étions dominés par la volonté de nous sacrifier pour le pays et convaincus de mourir pour la bonne cause. Mais notre cible était toujours l'armée ennemie », confie ainsi Shoji Tsuchida, ancien membre du commando suicide de l'armée de l'air, sauvé par la fin de la guerre. Le terme réapparaîtra en 2001 avec l'attentat du World Trade Center, lors duquel deux avions furent envoyés sur New York par les troupes de Ben Laden.

« Peu de cas de la vie humaine »

Dans les années 2000, le mot kamikaze est ensuite employé pour désigner tous les attentats suicide, qu'importe la forme qu'ils puissent...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant