Les ex-otages ont failli être libérés plusieurs fois

le
5
LES EX-OTAGES ONT FAILI ÊTRE LIBÉRÉS PLUSIEURS FOIS
LES EX-OTAGES ONT FAILI ÊTRE LIBÉRÉS PLUSIEURS FOIS

PARIS (Reuters) - Les quatre salariés d'Areva et d'une filiale de Vinci enlevés en septembre 2010 ont failli être libérés plusieurs fois lors de l'opération militaire française au Mali, avant d'être finalement récupérés par les Nigériens, a déclaré mercredi le ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Des troupes françaises sont intervenues début 2013 au Mali pour arrêter une offensive de djihadistes contre Bamako. Elles ont ensuite délogé ces groupes de leurs fiefs du nord du Mali.

Selon Jean-Yves Le Drian, Pierre Legrand, Daniel Larribe, Thierry Dol et Marc Féret ont été un temps détenus dans une des zones d'intervention des soldats français.

"J'ai constaté (...) en recoupant les informations (...) que, à deux ou trois reprises nous avions failli les libérer (...) ce printemps", a-t-il déclaré sur RTL. "Après, ils sont partis très très profondément dans le désert, complètement vers l'ouest et c'est là qu'ils se trouvaient in fine."

Jean-Yves Le Drian a nié de nouveau tout versement de rançon, contrairement à ce qu'avance la presse française, et expliqué la libération des quatre otages par la pression exercée au fil des mois sur le groupe d'Aqmi qui les détenait.

"A un moment donné, il est sans doute difficile, même pour des groupes de ce type, de continuer à itinérer avec des otages qui font l'objet de très nombreuses recherches", a-t-il dit.

"On a eu de nombreuses initiatives (...) pour essayer de trouver une solution d'extraction ou d'intervention. Plusieurs ont failli aboutir. Donc Aqmi savait que notre détermination resterait intacte jusqu'à la fin", a-t-il ajouté.

C'est finalement une "initiative" du président du Niger, Mahamadou Issoufou qui a permis de libérer les otages, a dit le ministre français, qui était interrogé à Niamey avant son retour en France avec les quatre hommes.

L'ANGOISSE DES AUTRES FAMILLES D'OTAGES

"J'ai compris hier que le président Issoufou se sentait d'une certaine manière un peu responsable de la fin de l'histoire parce qu'ils avaient été enlevés au Niger", a souligné Jean-Yves Le Drian.

Les proches de deux autres otages français détenus au Sahel, Serge Lazarevic et Gilbert Rodrigues, ont pour leur part estimé que les quatre hommes libérés avaient bénéficié du poids financiers de leurs employeurs.

"Malheureusement, en ce qui concerne Serge Lazarevic et Gilbert Rodrigues, c'est un grand moment d'angoisse qui démarre", a ainsi déclaré à i>Télé Pascal Lupart, président du comité de soutien de Serge Lazarevic.

"Les deux qui restent aujourd'hui dans le désert (...) c'est des indépendants et des sans-grade", a-t-il ajouté. "Si on n'a pas derrière de grosses sociétés pour payer, on peut considérer que si l'Etat français ne paie pas ils sont condamnés à mourir."

La fille de Serge Lazarevic, Diane, s'est également montrée inquiète pour le sort de son père enlevé par Aqmi en novembre 2011 au Mali lors d'un voyage d'affaires concernant un projet de cimenterie.

"Le Quai d'Orsay m'a bien dit il y a deux mois que la France ne paierait pas mais que sûrement Areva le ferait. Ce sont les mots du Quai d'Orsay", a-t-elle dit sur Europe 1, demandant que le gouvernement "arrête de mentir".

Jean-Yves Le Drian a dit comprendre sa tristesse et son angoisse, ainsi que celle des autres familles d'otages encore détenus - outre les deux du Sahel, un au Nigeria et quatre en Syrie. Il a assuré que le président François Hollande était "tout à fait déterminé" à obtenir leur libération.

Il a souligné que chaque cas était particulier et compliqué et que cela demandait "beaucoup de discrétion".

Emmanuel Jarry, avec Ingrid Melander, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fquiroga le jeudi 31 oct 2013 à 15:44

    Failli.....est le mot clé. Ah si ma tante.....

  • M1693744 le mercredi 30 oct 2013 à 12:42

    La France finance les roms, rebelles islamistes syriens, shebabs, terroristes nigériens mais laisse crever son Peuple, c'est beau le socialisme...quand on va dans un pays en guerre il faut prendre ses responsabilitées...

  • M1693744 le mercredi 30 oct 2013 à 12:41

    c'est quoi le code sicovam pour investir dans les enlèvements ?

  • PHMAUVE le mercredi 30 oct 2013 à 11:51

    20 millions pour remonter dans les sondages.

  • NORDGHAZ le mercredi 30 oct 2013 à 11:43

    5 millions d'euro par tete ca va donner des idées en afrique et au moyen orient