Les évêques de RDC hostiles à un troisième mandat de Kabila

le
0
    KINSHASA, 21 octobre (Reuters) - La conférence épiscopale 
nationale du Congo (Cenco) a exhorté vendredi la classe 
politique à renégocier un accord pour que l'élection 
présidentielle ait lieu en 2017 et que le président Joseph 
Kabila soit empêché de briguer un troisième mandat.  
    Un accord a été conclu dimanche dernier entre le 
gouvernement et une partie de l'opposition pour repousser la 
présidentielle, théoriquement prévue le mois prochain, à avril 
2018, mais la principale alliance de l'opposition y voit un 
prétexte visant à maintenir Kabila en fonction après 
l'expiration de son mandat, le 19 décembre.  
    Dans une déclaration diffusée à la presse, les évêques de 
République démocratique du Congo jugent impératif qu'il soit 
mentionné clairement dans un accord que le président en exercice 
ne briguera pas un troisième mandat, ajoutant qu'une période de 
transition ne devrait pas excéder la fin 2017.  
    Plus de 40% des Congolais de RDC sont catholiques et 
l'Eglise joue un rôle influent dans le pays.  
    Elle a toutefois cessé d'appeler ouvertement au départ de 
Joseph Kabila dès cette année, comme elle le faisait en 2015, 
préférant tenter de parvenir à un compromis par la discussion 
pour éviter tout bain de sang. 
    Des violences en marge d'une manifestation contre le 
maintien au pouvoir de Joseph Kabila ont fait des dizaines de 
morts il y a un mois. Selon un rapport des Nations unies, les 
services de sécurité ont abattu, brûlé ou battu à mort au moins 
48 civils entre le 19 et le 21 septembre à Kinshasa. 
  
 
 (Aaron Ross; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant