Les Européens sont en quête d'ETF à valeur ajoutée

le
0
(NEWSManagers.com) - A quel stade de l'évolution des ETF nous situons-nous en Europe ? Selon une analyse d' Invesco PowerShares, l'observation du marché américain, à la pointe de ce secteur, permet d'identifier trois phases dans le processus de développement des ETF.

La phase 1 est celle où les ETF constituent une solution pratique et efficace pour pénétrer le marché. Dans ce contexte, les fournisseurs d' ETF s' efforcent de couvrir le maximum de classes d' actifs.

Pendant la phase 2, les ETF jouent le rôle d' un instrument efficace pour optimiser l' exposition aux marchés. Concrètement, une fois qu' ils se sont familiarisés avec les ETF durant la phase 1, les investisseurs décident en règle générale de saisir de nombreuses opportunités financières. Pour ce faire, ils utilisent des ETF reposant sur les indices des marchés qui sont les plus à même d' améliorer les performances tout en préservant les avantages propres aux ETF, à savoir la transparence, le faible coût, la liquidité et la réplication passive d' un indice.

Enfin, pendant la phase 3, les ETF constituent des véhicules efficaces pour générer de l' alpha et gérer le bêta. Compte tenu de la multiplication des indices disponibles, parmi lesquels ceux qui sont pondérés en fonction des fondamentaux, les gérants de fonds utilisent des ETF basés sur des indices non pondérés selon la capitalisation boursière pour créer de la valeur au sein de leurs portefeuilles.

Dans ce paysage en mouvement, le marché européen entre seulement dans la phase 2 alors que le marché américain se situe assurément en phase 3, estime Invesco PowerShares. Les investisseurs recherchent des ETF qui répliquent des indices pondérés par les fondamentaux afin de couvrir les marchés de niche mais aussi les marchés primaires. Les indices basés sur les fondamentaux, à savoir les indices FTSE RAFI, mesurent la valeur réelle de chaque entreprise à partir de ses fondamentaux économiques. Ils offrent selon InvescoPowerShares une valeur ajoutée encore plus significative pour les classes d'actifs moins suivies par les analystes, notamment les petites capitalisations et les marchés émergents.

Au cours de cette décennie, le recours à un portefeuille utilisant exclusivement l' indice MSCI World aurait donné lieu à une performance finale de +2%. En combinant l' indice MSCI Emerging Markets pour 20% et le MSCI World pour les 80 % restants, la performance finale aurait déjà grimpé à +34%. Si en revanche le MSCI World était conservé à hauteur de 80% mais qu' il était associé à l' indice FTSE RAFI Emerging Markets pour les 20 % restants, alors le résultat final simulé se serait établi à +97 %. Enfin, en combinant le FTSE RAFI Emerging Markets pour 20 % et l' indice FTSE RAFI Developed 1000 pour 80 %, la performance simulée serait ressortie à +147%, souligne Invesco PowerShares.

info NEWSManagers

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant