Les étudiants disparus au Mexique sans doute brûlés par un gang

le
0

par Lisbeth Diaz MEXICO, 8 novembre (Reuters) - Les 43 étudiants enlevés par des policiers corrompus il y a six semaines dans le sud-ouest du Mexique et portés disparus depuis, ont sans doute été incinérés par des hommes de mains d'un gang de la drogue et leurs restes abandonnés dans une décharge publique et dans un cours d'eau, a annoncé vendredi le gouvernement mexicain. Selon le procureur général Jesus Murillo, trois personnes, arrêtées il y a une semaine, ont reconnu avoir mis le feu à un groupe de corps dans une décharge près de la ville d'Iguala, dans l'Etat du Guerrero, là où les étudiants, qui se destinaient à l'enseignement, ont disparu le 26 septembre après des heurts avec la police. Ensuite, ces personnes ont entrepris de faire disparaître les preuves, a expliqué le procureur lors d'une conférence de presse. Il a montré les aveux enregistrés des détenus, des photos des lieux où ont été découverts les restes et des vidéos reconstituant la façon dont les corps ont été déplacés. Les membres du gang ont passé 12 heures à brûler les restes, a indiqué le procureur. "Ils ont essayé d'effacer toute trace possible." Les commanditaires présumés, le maire d'Iguala et sa femme, ont été arrêtés cette semaine. Ils avaient pris la fuite quand l'affaire a éclaté. RÉDUITS EN POUDRE Selon les récits des enquêteurs, les étudiants, tous issus de la même institution classée à gauche, avaient eu des mots avec le maire par le passé. A l'issue des affrontements, ils ont été remis par la police municipale à des truands locaux de la drogue qui les ont tués. Plusieurs dizaines de policiers figurent parmi les 74 personnes arrêtées dans cette affaire. Les aveux des membres du gang indiquent le meurtre d'"un grand nombre de personnes", a indiqué le procureur Murillo. Il a montré une vidéo où un suspect raconte que les victimes ont dit être des étudiants. L'identification des restes, qui ont été réduits en poudre après avoir été brûlés, est si difficile qu'il est impossible de dire quand les résultats définitifs seront prêts, a indiqué le procureur. Les preuves laissent penser qu'il pourrait s'agir des étudiants portés disparus, a-t-il ajouté. Les dents des victimes retrouvées sur les lieux sont tellement brûlées qu'elles tombent pratiquement en poussière au moindre contact. Les restes vont être envoyés à l'université d'Innsbruck en Autriche pour une identification définitive par ADN. Le gouvernement continuera à considérer les étudiants comme disparus tant que les identités n'auront pas été confirmées. Cette affaire, qui a déclenché des manifestations de masse au Mexique, a affaibli la popularité du président Enrique Pena Nieto qui s'est fait élire il y a deux ans sur la promesse de rétablir la sécurité au Mexique, où 100.000 personnes sont mortes dans les violences liées au crime organisé depuis 2007. Il s'est engagé à ce que l'enquête soit menée "jusqu'au bout" et que tous les responsables soient punis. (Tangi Salaün pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant