Les étudiants croient au mérite et à la volonté

le
0
Une thèse parue en janvier étudie la façon dont les jeunes perçoivent le lien entre réussite scolaire, diplôme et emploi.

Lors des obsèques de Philippe Séguin, en janvier 2010, la presse et les politiques saluèrent unanimement cette incarnation du «mérite républicain». Car l'expression sonne aux oreilles d'une majorité de Français comme une garantie de l'égalité qui s'affiche aux frontons des mairies. Qu'il soit donné à chacun selon ses mérites, telle est l'idée que l'on se fait de la justice sociale dans un système où la puissance publique est censée donner les mêmes chances à tous.

Sauf que cette conception de la République, dont l'école est l'instrument principal, fut attaquée pendant des années par des travaux de sociologie qui entendaient démontrer que l'égalité des chances était une fiction, et l'école une machine à reproduire les inégalités pour garantir aux classes sociales dominantes la perpétuation de leur pouvoir. En 1964, Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron lançaient l'offensive avec leur ouvrage Les Héritiers. Depuis, cette théorie selon laquelle l'éco

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant