Les États-Unis touchés par le désastre de Faloudja

le
0
L'opinion publique américaine est sous le choc des images de la ville irakienne tombée aux mains des islamistes. L'opposition républicaine rejette la responsabilité de ce fiasco sur Barack Obama.

New York,

Maison par maison, rue par rue, les marines avaient combattu les insurgés sunnites dans Faloudja, lors de deux épisodes particulièrement sanglants, en 2004 et 2007. La ville en ruine, rebaptisée tantôt le «Verdun» ou le «Stalingrad» irakien par les GI éreintés, et admise au Panthéon des victoires à la Pyrrhus de l'US Army, avait finalement été reconquise. La pilule est d'autant plus amère, à présent que l'Amérique convalescente, tout juste sortie du bourbier irakien, découvre l'étendue du désastre.

Il n'aura fallu que trois jours de combats à ces mêmes insurgés pour reconquérir, du moins partiellement, ce symbole du sacrifice américain consenti pour pacifier le pays et stabiliser le Moyen-Orient, selon la vision chère à George W. Bush....

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant